« Carbone & Silicium » : l’humanité augmentée selon Mathieu Bablet…

Quatre années après les 220 planches du science-fictionnel – et très remarqué… – « Shangri La » (110 000 exemplaires vendus), Mathieu Bablet frappe de nouveau très fort chez Ankama avec « Carbone & Silicium » : paru fin août et déjà arrivé en tête des ventes actuelles, cet imposant pavé de 272 pages débute par la création de deux androïdes, prototypes d’une nouvelle génération de robots dotés d’une intelligence artificielle poussée, destinés à prendre soin de la population humaine vieillissante… S’étalant sur plus de 270 ans, suivant par anticipation la fin d’un monde, le récit prend à bras le corps avec brio la quasi totalité des interrogations actuelles : allongement et fin de vie, exploitation et dégradation de la planète, désastres écologiques, sociaux, politiques… et place de l’amour dans une société où les réseaux virtuels ont remplacé le lien social et l’affectif. Dans les pas d’Asimov, de Philip K. Dick ou de William Gibson, Bablet signe un album impeccable et impressionnant, abordant avec une rare justesse les thèmes toujours complexes du transhumanisme et de l’altérité. Un des titres incontournables de l’année 2020 !

Couverture alternative destinée à la version Canal BD (Ankama 2020).

Encrage pour le visage apparaissant sur la couverture classique.

Nous l’avons signalé sur BDzoom.com, via les articles de Laurent Turpin consacrés aux « Meilleurs ventes de BD » de ces deux dernières semaines (voir http://bdzoom.com/159289/meilleures-ventes/zoom-sur-les-meilleures-ventes-de-bd-du-16-septembre-2020/ et http://bdzoom.com/158968/meilleures-ventes/zoom-sur-les-ventes-de-bandes-dessinees-du-9-septembre-2020/) : le nouvel album de Mathieu Bablet n’est pas passé inaperçu des lecteurs, qui se sont également précipités sur la version collector de « Carbone & Silicium » publiée par Canal BD ! Comment résister en effet à cette variante (limitée à 2 500 exemplaires… et déjà épuisée) proposant un cahier bonus de 16 pages et contenant notamment un making-of apportant des clés de lecture complémentaires sur le genre et l’œuvre ? En couverture de la version classique, un visage artificiel et irrigué par de nombreux câbles et tuyaux apparaît : les yeux clos ne permettent pas encore de savoir si l’androïde est en sommeil ou en phase de construction, mais l’ensemble – à la fois science-fictionnel et quelque peu mystérieux – suggère la réflexion, sinon la sagesse, d’une machine dont les traits humanoïdes interrogent déjà sur notre propre rapport au monde et à l’autre. Le titre, à son tour, précise l’un des axes majeurs de l’album : la relation entre deux êtres semblant tracer un pont entre passé et futur. Si le carbone est en effet l’un des éléments chimiques les plus présents dans l’univers, il aura surtout permis le développement technologique de l’humanité dès la Préhistoire. Le silicium (un terme dérivé du mot silex) est quant à lui fortement associé aux univers de l’électronique, des panneaux solaires et plus largement des nouvelles technologies et nanotechnologies.

Couverture pour la réédition de « Shangri La » (édition spéciale 15 ans d'Ankama - 2020).

La naissance de Carbone et Silicium (planches 5 et 8 - Ankama 2020).

Si dystopie, discours sur le temps, dénonciation du consumérisme à outrance, espace, manipulation génétique, racisme, absence de liberté individuelle et horreur étaient déjà au cœur du réacteur scénaristique et graphique pour « Shangri-La » (label 619 d’Ankama éditions), la très grande majorité de ces thèmes sont réinjectés dans « Carbone & Silicium ». Bablet transforme néanmoins l’essai en allant plus loin que dans son album précédent, en arrivant notamment à faire la synthèse d’un conséquent ensemble science-fictionnel ayant marqué les XXe et XXIe siècles : citons ici « Le Meilleur des mondes » (Huxley, 1932), « Les Robots » (Asimov, 1950), « Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? » (K. Dick, 1966), « Soleil Vert » (Fleischer, 1973), « Neuromancien » (Gibson, 1984), « A.I. Intelligence artificielle » (Spielberg, 2001) et « Ghost in the Shell » (Masamune Shirow, 1989). Se disant influencé graphiquement par Katsuhiro Otomo et Mike Mignola, Mathieu Bablet a patiemment mûri sa nouvelle réalisation : pas moins de quatre années auront été nécessaire pour mener jusqu’à son terme cette colossale entreprise, dont chaque planche témoigne d’un minutieux travail. Mais avouons qu’il fallait sans doute cela pour raconter comment, de l’An 1 (2046) voyant la naissance de Carbone et Silicium (dans les locaux high tech de la Tomorrow Fondation, installés au sein de la Silicon Valley) jusqu’à l’an 271 voyant s’achever l’itinérance de nos Roméo et Juliette de métal, deux êtres vont chercher à découvrir le monde. L’un en voyageant sans cesse (de la Californie à l’Amérique du Sud, en passant par le Maghreb, Saint-Pétersbourg, l’Alaska, Hong-Kong ou le Japon) et l’autre en s’intéressant aux modes de fonctionnement humains. Avec une première existence de vie portée à quinze ans, Carbone et Silicium vont raconter, case après case, comment le temps s’écoule, s’arrête ou s’accélère, sur une planète où la déconnexion semble de plus en plus impossible, jusqu’au grand écroulement de l’intelligence face à l’artifice, à défaut de l’artificiel …

Lignes, espaces et perspectives...

Contraint de passer d’un corps à un autre, les androïdes vont peu à peu s’émanciper, se réincarnant dans diverses I.A. pour échapper à leurs poursuivants au sein d’un monde de plus en plus désenchanté. En Ukraine, où un mur géant empêche toute immigration vers l’Europe de l’Ouest ; au Japon, disparu sous la montée des eaux ; au pole Nord, où les dernières compagnies pétrolières ont puisé toute l’énergie fossile. Autant d’atmosphères que Bablet traitent comme autant de séquences interconnectées, livrant une philosophie affective et cabossée du monde. Piégés entre individualisme et collectivisme, entre sagesse, pulsion et règles morales, Carbone et Silicium se réinventent page après page afin de retrouver un dynamique perdue : celle de l’amour, du dialogue, d’une véritable humanité capable d’affronter et de résoudre les grands problèmes qui la menacent. Afin de porter ce discours aussi ambitieux que limpide, l’auteur a érigé un monument graphique (270 planches, donc) où les perspectives et les lignes de fuite côtoient les vues frontales (notamment les visages – avatars ouvrant chaque nouveau chapitre) dans des séquences magnifiées par le choix chromatique (une palette de bleus, d’acajous, de verts ou d’aubergines).

Travail de conception de la case et rendu couleurs.

Récit d’apprentissage hybride et inspiré de nombreux mythes et œuvres fictionnelles, « Carbone & Silicium » porte jusqu’au bout son nomadisme fécond et ses ruptures tragiques. Installé au cœur d’une époque troublée, l’album offre une profonde respiration sans simplifier le propos, relativement acerbe : aucun choix n’y est simple, aucune solution n’est la meilleure, mais la liberté reste un droit fondamental, devant permettre à toute individu de s’accomplir à travers le temps de sa vie. « Toute l’éternité en une nanoseconde » : voici bel et bien la meilleure empreinte Carbone (& Cilicium), indéniablement.

Encrage de la planche 15. Crayon et encre de Chine. Collection privée.

Philippe TOMBLAINE

« Carbone & Silicium » par Mathieu Bablet
Éditions Ankama (22,90 €) – EAN : 979-1033511960

Galerie

Les commentaires sont fermés.