« La Promesse de la Tortue » : pirates en jupons…

Les pirates ont toujours fait les beaux jours de la bande dessinée d’aventure, pour le bonheur de plusieurs générations de lecteurs. De Paul Gillon à Hermann, de nombreux dessinateurs ont pris plaisir nous faire à embarquer aux côtés de corsaires, pirates et autres flibustiers. Un nouveau duo d’auteurs (Tieko et Stéphane Piatzszek) répond à l’appel du grand large en compagnie de trois sacrées bonnes femmes aux caractères bien trempés.

1642 : extraites de leur prison parisienne, une centaine de jeunes femmes que l’on dit de mauvaise vie font route vers l’île de la Tortue. Elles sont invitées à épouser flibustiers et colons en mal de présence féminine : une idée du gouverneur Levasseur qui, deux ans plus tôt, a repris l’île aux Anglais. Trois jeunes femmes malmenées au cours d’une traversée pénible se sont juré de ne plus jamais se lâcher. La blonde Quitt devient la compagne du gouverneur pour 5 000 pièces. La tignasse rousse, l’indomptable Louise est choisie par Toussaint : un pirate idéaliste et sans le sou, ancien esclave venu d’Afrique. Enfin, la brune Appoline, sauvée de l’amputation par l’inquiétant Yuma, est hébergée par Sitong : le boucanier homosexuel. Quitt est obsédée par son désir de fuir, afin regagner la France pour y retrouver son fils. Dans les bras de Toussaint, son homme, Louise rêve qu’il lui enseigne la navigation. Appoline, violée par Yuma, apprend à se servir d’un fusil pour se venger. Confrontées malgré elles à trois destins qui semblent tout tracés, les trois jeunes femmes subissent la violence des colons, mais aussi celle des populations indigènes. L’attaque de l’île par les Espagnols leur permet de se retrouver. Et une fois encore de jurer ne plus jamais se séparer, jamais, malgré les divergences qui risquent de mettre leur serment en péril.

Trois héroïnes de charmes plongent le lecteur au cœur du monde cruel et violent qu’était la vie au quotidien des Caraïbes au XVIIe siècle. Trois filles qui, malgré le machisme de l’époque, parviennent non seulement à survivre, mais aussi à rester dignes.

C’est à partir d’un fait réel, l’envoi de prisonnières françaises pour sédentariser la population de l’île de la Tortue, que Stéphane Piatzszek a imaginé cette trilogie. Cet ancien étudiant en droit est devenu, en quelques années, un scénariste incontournable, multipliant les collaborations remarquées aux éditions Soleil, Casterman, Glénat ou encore Futuropolis.

Né à Toulouse en 1962, Thierry Cauquil, alias Tieko, aborde la bande dessinée sur le tard en 2002, en publiant « Le Chant des terres ». Il participe à « La Compagnie des glaces » chez Dargaud, puis réalise une adaptation du « Livre de la jungle » en 2009. Il publie « Normandie, juin 44 », puis « Hindenburg » et « Tomoë » pour le label Grand Angle.

Avec « La Promesse de la Tortue », ces auteurs proposent une passionnante bande dessinée d’aventure au scénario bien construit, aux personnages hauts en couleur, aux filles superbes et aux décors exotiques à souhait. Les lecteurs amateurs de BD classiques, qui apprécient les grandes aventures qui font rêver, se doivent d’embarquer en compagnie de ce trio de charme.

Henri FILIPPINI

« La Promesse de la Tortue » T1 par Tieko et Stéphane Piatzszek

Éditions Grand Angle (14,90 €) — EAN : 978 2 8189 6841 3

Galerie

Les commentaires sont fermés.