Il a fallu 20 ans, à Frank Le Gall, pour raconter la courte vie de la dernière victime de Jack l’Éventreur…

On devrait même dire plus de 30 ans, si l’on en prend en compte sa première idée qui remonte à 1987 : le désir de mettre en scène, dans une bande dessinée, une jeune Anglaise issue du milieu ouvrier du XIXe siècle. L’accouchement fut très difficile (1), mais quoi qu’il en soit, voici enfin, aujourd’hui, la « Mary Jane » de l’auteur de « Théodore Poussin », lequel a délégué la partie graphique au trait habile et sensuel de Damien Cuvillier…

Veuve à 19 ans, après avoir perdu son mari dans un accident minier, Mary Jane Kelly fuit le pays de Galles et la misère, pour rejoindre la ville de Londres. En effet, la Révolution industrielle de l’Angleterre victorienne attirait alors les campagnards dans les grandes métropoles. Pour le malheur de Mary, elle va y être prise en main par un réseau de prostitution et finira sous les coups de couteau du mythique Jack l’Éventreur : une partie du scénario s’appuie, d’ailleurs, sur les témoignages recueillis par la police, lors de l’enquête criminelle qui a suivi la découverte de son corps atrocement mutilé, en novembre 1888.Constatant que si la littérature (bandes dessinées comprises) abonde sur les hypothèses concernant l’identité de ce célèbre tueur en série, il n’existe que très peu de documents sur ses victimes, dont les vies sont, souvent, à peine mentionnées. Donc, finalement, dans « Mary Jane », il n’est pas vraiment question de Jack the Ripper, car le projet de Frank Le Gall est tout autre : il s’agit de montrer, dans cette biographie fictive, que cette jeune dame de 24 ans est aussi, et surtout, l’un des martyrs désignés de la misère sociale sous le règne finissant de la reine Victoria en Angleterre. Victime aussi d’un système de travail censé apporter le progrès, et où le corps de la femme n’était qu’une marchandise comme une autre…Cette bouleversante tragédie, où les auteurs témoignent d’une réelle compassion pour leur protagoniste, est également portée par la belle histoire d’amitié et la collaboration fructueuse qui en a suivi entre Frank Le Gall (2) et Damien Cuvillier : la noirceur de ce scénario ingénieux et l’ambiance sépulcrale étant contrebalancées par le délicat trait aquarellé du talentueux illustrateur de « Nuit noire sur Brest » et d’« Eldorado » chez Futuropolis ou de « La Guerre des Lulus : la perspective Luigi » chez Casterman.

 Gilles RATIER


(1) À la fin des années 1990, une fois son scénario écrit, Frank Le Gall s’est pourtant lancé avec enthousiasme dans le dessin : le récit devant être publié dans la célèbre collection Aire libredes éditions Dupuis. Malgré une trentaine de pages réalisées, de nombreuses difficultés personnelles l’ont contraint à abandonner le projet, car il était devenu incapable de poursuivre cette mise en images comme il le souhaitait… Jusqu’au jour où Claude Gendrot, son directeur éditorial chez Futuropolis, lui présenta Damien Cuvillier…

Deux pages du « Mary Jane » dessiné par Frank Le Gall, publiée dans le n° 2(6) de la revue L'Indispensable, en janvier 2012.

(2) Dans le même laps de temps, Frank Le Gall propose « La Cantina » (un premier roman déroutant aux éditions Alma, où l’on retrouve des thématiques qui lui sont chères comme la recherche de l’identité, la perception de la mémoire, les manipulations psychologiques et la tentation d’échapper à son destin) et un nouveau cahier « Théodore Poussin » chez Dupuis – voir « Théodore Poussin » et Spirou : l’actu du côté de chez Dupuis ! - , contenant les premières pages en fac-similé du quatorzième opus : « Aro Satoe ».

Sur Frank Le Gall, voir sur BDzoom.com : « Théodore Poussin T13 : Le Dernier Voyage de l’Amok » par Frank Le Gall, Les cahiers de Théodore Poussin : et de 2 !, « Cahiers Théodore Poussin T1 » par Frank Le Gall, Spécial 75 ans de Spirou : « Le Spirou de… » T2 (« Les Marais du temps ») par Frank Le Gall, « Miss Annie » T2 (« Vraiment, Miss Annie ? ») par Flore Balthazar et Franck Le Gall ou « Le Coin du patrimoine » consacré à Frank Le Gall.« Mary Jane » par Damien Cuvillier et Frank Le Gall

Éditions Futuropolis (18 €) — ISBN : 978-2-7548-2848-2

Galerie

2 réponses à Il a fallu 20 ans, à Frank Le Gall, pour raconter la courte vie de la dernière victime de Jack l’Éventreur…

  1. Essia dit :

    A noter que si vous avez envie de tout savoir sur la carrière de Frank Le Gall, vous êtes les bienvenus sur le site FLG BD, publié avec sa validation et sa participation régulière:
    http://flgbd.weebly.com/

    Son actualité la plus récente, elle, est dans la rubrique blog:
    http://flgbd.weebly.com/flg-bd-blog

    Si vous l’appréciez, parlez-en à vos amis! Vos avis et commentaires comptent beaucoup pour nous.
    Cordialement, l’équipe de FLG BD

  2. Miniac dit :

    Planches magnifiquement construites, chouette !