Philippe Adamov : décès d’un surdoué…

C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de Philippe Adamov. Il appartenait à cette nouvelle génération de dessinateurs qui ont bousculé les limites d’une bande dessinée réaliste franco-belge un peu sur le déclin. Un surdoué du dessin dont la gentillesse et la discrétion nous manquent déjà…

Philippe Adamov.

Né le 27 juin 1956 à Londres, Philippe Adamov découvre la bande dessinée chez les bouquinistes. Après des études interrompues à l’école Estienne à Paris, il rejoint Angers, en 1975, où il travaille pendant trois ans aux côtés de René Laloux. Embauché comme stagiaire-décorateur, il travaille sur le pilote de « Gandahar », d’après des dessins de Philippe Caza.

De retour à Paris, en 1978, il propose illustrations et couvertures aux éditions Opta, Casterman, Robert Laffont, à la Librairie des Champs-Élysées (collection Le Masque), au Livre de poche (La Grande Anthologie de la science-fiction), à la revue SF futur

En 1979, le dessinateur François Allot l’invite à participer, pendant trois années, à la célèbre série d’animation franco-japonaise « Ulysse 31 ».

Il aborde enfin la bande dessinée, en 1983, en réalisant « Seule au monde » : une histoire fantastique écrite par Xavier Séguin pour le bimensuel Okapi. Ce récit de 45 pages demeuré inédit en album est publié par le magazine de Bayard-Presse du n° 284 (16 septembre 1983) au n° 292 (15 janvier 1984).

« Seule au monde », avec Xavier Séguin, dans Okapi.

Aux côtés d’autres futurs grands de la BD (Marc Malès, André Juillard, Patrice Pellerin, Christian Rossi…), il livre aussi un récit complet pour Okapi : « Un monsieur nommé Poubelle » avec Serge Saint-Michel dans le n° 297.

« Un monsieur nommé Poubelle », avec Serge Saint-Michel, dans le n° 297 d'Okapi..

C’est après avoir découvert ces pages — certes de débutant, mais déjà fort prometteuses — que je lui ai proposé de participer à la création du magazine Vécu. Il y est présent dès le premier numéro de janvier 1985, avec la publication du premier épisode du « Vent des dieux » : une histoire au temps du Japon médiéval écrite par Patrick Cothias qui deviendra son compère pendant de longues années.

Souhaitant revenir à ses premiers amours (la science-fiction), il abandonne « Le Vent des dieux » à Thierry Gioux, après en avoir dessiné cinq épisodes.

Il se consacre alors uniquement aux « Eaux de Mortelune » : saga fantastique, ayant pour cadre un Paris décadent, lancée en 1985 dans le mensuel Circus. Imaginée elle aussi par Patrick Cothias, cette série compte dix épisodes : le dernier étant publié en 2000.

« Le Vent des dieux », avec Patrick Cothias, dans Vécu.

« Les Eaux de Mortelune », avec Patrick Cothias, dans Circus.

Sur les conseils de Jean-Claude Camano, il devient auteur complet, écrivant et dessinant la trilogie « Dayak » proposée par les éditions Glénat de 1993 à 1997.

« Dayak », chez Glénat.

C’est avec un nouveau scénariste (Jean Dufaux) qu’il met en images les quatre albums de « L’Impératrice rouge », édités de 1999 à 2003 par Glénat.

« L’Impératrice rouge », avec Jean Dufaux, chez Glénat.

De 2004 à 2009, dans L’Écho des savanes, puis pour la collection Hautes Tensions  des éditions Albin Michel, il dessine « La Malédiction de Zener » : thriller fantastique écrit par Jean-Christophe Grangé.

« La Malédiction de Zener », avec Jean-Christophe Grangé, dans L’Écho des savanes.

Malgré une tendance à la dépression, il revient seulement en librairie en 2012, avec la publication du premier album d’une nouvelle série éditée par Glénat : « Dakota ». Il faudra attendre 2016 pour lire le second épisode de ce récit ironique envers l’univers des super-héros, écrit par son ami Jean Dufaux.

« Dakota », avec Jean Dufaux, chez Glénat.

Original à l'encre de Chine des « Eaux de Mortelune » (1997).

Malade et quelque peu angoissé par la crise que connaît le monde de la bande dessinée, Philippe Adamov avait perdu cette puissance de travail qui lui a permis de laisser une œuvre aussi importante.

Son dessin au réalisme baroque, ses mises en scène improbables et ses personnages pour beaucoup inoubliables demeureront à jamais vivants dans la mémoire de ses lecteurs.

Pour ma part, je conserverai le souvenir d’un garçon d’une grande modestie, bienveillant envers ses confrères, d’une rare gentillesse, mais aussi d’un indécrottable pessimisme.

Il vivait depuis de nombreuses années dans le Gard où il nous a quittés le 3 février à l’âge de 63 ans.

 Henri FILIPPINI

Galerie

3 réponses à Philippe Adamov : décès d’un surdoué…

  1. PATYDOC dit :

    Un Très Grand ! Merci à lui, et aussi à vous M. Filippini, de nous avoir fait rêver si fort !

  2. BOUSTER Patrick dit :

    Merci, je comprends que c’est un grand qui nous quitte.
    Cela donne envie de le (re)découvrir, grâce à son trait souple, évocateur, un peu étrange mais solide.
    Des couvertures d’ouvrages SF sont très belles également.
    Pour ceux qui comme moi sont en manque de Moebius, sans le comparer ni le diminuer, c’est une occasion de se plonger dans ses oeuvres avec délectation.
    Encore un excellent trop méconnu qui rejoint les Gillon, Franz, et autres ; il était de cette trempe, semble-t-il.

    • PATYDOC dit :

      Proche du style de Moebius, mais également de celui de Robert Gigi (un autre grand nom un peu oublié).