Enfin, un « Calvin & Hobbes » à la française avec « Lily et doudou monstre » !

Lily n’est pas une petite fille modèle. Elle a beaucoup d’imagination et se crée ainsi un nouvel ami, un peu bizarre, un énorme doudou monstre. Seulement à la différence du tigre Hobbes de Calvin, dans les strips de Bill Watterson, tout le monde peut voir et converser avec ce grand dadais bleuté. Pas de frissons de peur avec lui, mais des rires et beaucoup de tendresse.

Lily est une petite fille d’aujourd’hui. Agée de 6 ans, à peu près, elle aime bien s’amuser dehors avec des garçons, embêter son petit frère et faire tout un tas de bêtises qui la font régulièrement gronder par ses parents. Aussi, ceux-ci ne sont pas trop étonnés quand elle leur annonce qu’elle a adopté : « Un gros monstre poilu avec plein de dents et qui sent très mauvais … surtout des pieds » L’histoire se complique quand il apparait que ce gros doudou imaginaire est en fait bien réel et qu’il cohabite avec Lily dans sa chambre.

Lily et le doudou monstre page 3

Lily l‘a découvert un soir sous son lit. Il a de grands yeux, de grandes dents, un gros nez et des cornes mais il ne fait pas peur. Au contraire, doudou monstre est un gros peureux qui redoute de se rendre chez le dentiste ou de subir une piqure.

Il vient d’un monde parallèle, du pays des doudou monstres. Là-bas chacun choisit une maison pour venir vivre avec un enfant. Lily aurait préféré un monstre plus méchant, plus agile et moins sarcastique. Mais bon, elle fait avec pour jouer, narguer ses amis et finalement passer de bons moments.

Lily et le doudou monstre page 4

Lily et doudou monstre deviennent de vrais amis, du genre à qui l’on peut confier ses secrets et à qui on pardonne tout, s’il maltraite le chat de la famille, détruit ton trempoline ou fait pipi dans la piscine. Tout cela est parfois difficile à accepter pour les parents de la fillette même si doudou monstre excelle à faire des bulles-cœur avec ses fesses !

Composée de courtes séquences humoristiques en quatre cases et de deux gags par page, cette nouvelle série met en valeur l’amitié entre les deux personnages principaux qui s’apprivoisent rapidement, apprivoiser selon le sens donné par le « Petit Prince » d’Antoine de Saint-Exupéry :

« Non, dit le petit prince. Je cherche des amis. Qu’est-ce que signifie « apprivoiser » ?

- C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie « créer des liens… »

- Créer des liens ? »

Lily, le doudou monstre et le trampoline

Lily et doudou monstre créent beaucoup de liens entre eux, ce qui en plus de l’humour apporte des passages de grandes tendresses dans la bande dessinée. De quoi rappeler les rapports intimes qui existent entre les jeunes enfants et leur doudou.

Pour le site psychologies.com il y a cinq informations à connaitre sur ce rapport : – il faut laisser l’enfant choisir son doudou, – un doudou peut revêtir n’importe quelle forme, – le doudou permet à l’enfant d’exprimer ses sentiments, – le doudou est un objet transitionnel pour les moments difficiles, – l’enfant prend la décision seul de se séparer de son doudou. Il n’y a pas d’âge standard pour s’en séparer.

Doudou monstre ne sait pas lire !

De la douceur, de la tendresse et beaucoup d’humour sont au menu de cet album bienveillant, le premier composé de gags en demi-planche aux éditions Bamboo. De quoi découvrir le travail de Mic (Michel Rius), professeur des écoles dans l’Hérault et organisateur du festival BD jeunesse d’Héripian, qui s’est associé pour l’occasion avec Val (Valerian Vanhouteghem), Belge installé en Lozère. Nous ne pouvons que souhaiter que ce premier album trouve son public pour retrouver au plus vite la pétillante Lily et son doudou, balourd mais protecteur.

Lily joue à cache-cache avec doudou monstre

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Lily et doudou monstre » T1 par Mic et Val

Éditions Bamboo (10,95 €) – ISBN : 978-2-8189-7475-9

Galerie

Les commentaires sont fermés.