« Macbeth roi d’Écosse » : Relecture d’un mythe

Sans le tragique chef d’oeuvre de William Shakespeare le nom de Macbeth, roi d’Écosse (1040/1057) ne serait aujourd’hui connu que de quelques historiens. Thomas Day et Guillaume Sorel nous proposent une nouvelle lecture de l’oeuvre théâtrale en y ajoutant des séquences issues de la légende écossaise du monarque. Un album sublime ouvert à un large lectorat.

Écosse, quarante ans après l’an mil… De retour victorieux d’une rude bataille sur les terres de Moray, hanté par la vision de la veuve de Mormaer de Moray les mains rouges de sang, son bébé serré contre son sein, Macbeth ramène la tête tranchée des coupables à son cousin Duncan le roi d’Écosse. En chemin sur la route d’Elgin alors qu’un orage se déchaîne, en compagnie de son fidèle Banquo, il croise trois vieilles soeurs sorcières sollicitant Hécate qui lui prédisent trois choses, être nommé Mormaer par Duncan, épouser la femme aux mains rouges, enfin devenir roi d’Écosse. Il sera nommé Mormaer de Moray par son cousin, épousera la veuve Gruoch et deviendra roi après avoir assassiné son parent pousse-au-crime par l’ambitieuse lady Macbeth.

En préambule Thomas Day précise que toutes les citations de la pièce de Shakespeare sont extraites de la traduction de 1866 de François-Victor Hugo, « délocalisées », inversées, modifiées, raccourcies où parfois allongées. Cette adaptation d’une grande fluidité permet à ce texte à l’origine à la lecture pas toujours facile de pouvoir être lu par des lecteurs de bande dessinée que le nom seul de Macbeth pouvait au premier abord rebuter. Il est largement aidé par les pages superbes de Guillaume Sorel qui illustre de son trait tourmenté et torturé la violence, le sang, la folie de cette épopée tragique. Les décors d’une incroyable richesse, les couleurs sombres, les personnages aux visages marqués par leurs sentiments, concourent à fasciner le lecteur tout au long de cette sublime adaptation annoncée en deux volumes de 54 planches dont la présente première partie se prolonge par un cahier d’esquisse. Présentation très classe, papier de grande qualité, impression soignée, font de cet ouvrage un incontournable de cette rentrée.

Thomas Day, pseudonyme de Gilles Dumay né à Paris en 1971, est un écrivain de science-fiction et de fantasy, auteur de nouvelles et d’une quinzaine de romans dont « La Voie du sabre » parues chez Gallimard, adapté en BD chez Glénat par Mariolle et Ferniani, chroniqueur de la revue Bifrost, directeur de collection chez Denoël puis Albin-Michel. Scénariste pour la BD il a écrit « Juste un peu de cendres » pour Aurélien Police et « Wika » pour Olivier Ledroit aux éditions Glénat.

Guillaume Sorel né en 1966 à Cherbourg, élève des Beaux-Arts de Paris, débute comme illustrateur de jeux de rôles chez Oriflam, Descartes et la revue Casus Belli. « L’île des morts » sa première bande dessinée écrite par Thomas Mosdi, est éditée par Vents d’Ouest où il publie aussi « Mort à outrance » et « J’ai tué Abel ». Il dessine ensuite « Algernon Woodcock » avec Mathieu Gallié chez Delcourt, puis en 2012 adapte « Les Derniers jours de Stefan Zweig » de Laurent Seksik chez Casterman, suivi de « Le Horla » de Maupassant et de « Alice au pays des merveilles » pour Rue de Sèvres. L’an dernier, Champaka Brussels/Dupuis lui a consacré un superbe art Book, « Les Chemins du fantastique ».

Henri FILIPPINI

« Macbeth roi d’Écosse T. 1 : Le Livre des sorcières » par Guillaume Sorel et Thomas Day
Éditions Glénat ( 16 €) _ ISBN : 9 782344029466

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>