« Invisible Republic » T3 : anticipation d’une dictature à renverser…

Suite d’une excellente série d’anticipation, se déroulant dans un futur proche, où la politique totalitaire se heurte à une résistance faisant fortement écho aux revendications écologiques et sociales actuelles.

Les deux précédents tomes ayant été chroniqués ici (1), nous ne reviendrons pas en détail sur le contexte de l’histoire, voyant s’affronter passé et présent, par le biais de quatre personnages principaux : Maïa Reveron, seniore actuellement à la tête d’un mouvement de résistance, et dont le journal de ses années de « formation » auprès d’Arthur McBride, mais aussi Christophe, qu’elle a accompagnés ensuite en fuite, sur la planète Asan, a été retrouvé et est publié quarante deux ans plus tard par le journaliste Croger Babb. Entre temps, Arthur, arrêté à l’époque, pour attentats, puis incarcéré, a instauré depuis une dictature, toujours présente, avant de disparaître des écrans…
C’est donc à des allers-retours incessants entre ces années et le contexte politique actuel, basé sur le culte de McBride s’effritant, et sur lequel les mêmes protagonistes essaient d’avoir une influence, que le lecteur est convié. La séparation graphique, par un jeu de couleurs subtil, permet cependant une lecture, sinon aisée, au moins facilitée.

Si la partie « actuelle » est consacrée à la vie sur Mars, nouvelle colonie terrienne, mais aussi à ce qu’il reste de la Terre, ou à Avalon, lune d’Asan, alors que différentes factions rebelles se disputent la méthode à appliquer pour essayer d’instaurer un nouveau régime, on est happé en parallèle par les parties « passées », relatées via le journal de Maia, qui nous immerge dans son apprentissage de la survie sur Asan. Celle-ci a en effet été séparé de Christophe, trahi et capturé, après leur travail dans une communauté écolo, entre autre au service des ruches, et se retrouve seule, avant sa propre capture par l’une des premières communautés résistantes armées historiques. Des passages nous rappelant l’importance de l’écologie pour des futurs meilleurs, mais aussi le vrai visage de l’extrémisme, virage déterminé et déterminant. L’action se mêle à la réflexion et l’issue finale se rapproche…

Comme sur les précédents tomes, neuf pages d’addendum, sorte d’essais sur la faune, la flore et les projets sociétaux liés à l’exploration spatiale humaine sont proposés par Corrina Bechko. tandis que la galerie de couvertures permet d’apprécier le talent de Gabriel Herdman sur l’illustration, en plus de ses superbes planches tout au long d’une histoire, racée et engagée. « Invisible Republic » est un essentiel d’anticipation, comme on en lit assez rarement en bande dessinée, scénaristiquement et graphiquement très homogène, à découvrir absolument.
Vivement le tome 4 !

 Franck GUIGUE

 

 (1) Tome 2 : http://bdzoom.com/133244/comic-books/%C2%AB-invisible-republic-t2-%C2%BB-par-gabriel-hardman-et-corinna-bechko/

 

 

« Invisible Republic » T3 par Corrina Bechko et Gabriel Hardman
Éditions Hi comics (16,90 €) – ISBN : 9782378870997

Gabriel Hardman fait aussi l’actualité en cette période d’été 2019, avec la parution attendue et annoncée lors de notre précédente chronique du tome 2 d’« Invisible Republic », de la version française du « Aliens Dust to Dust » (DarkHorse comics 2018), entièrement réalisé par l’auteur. Ce sont les éditions Wetta Sunnyside, sous leur nouveau label Vestron, qui en sont responsables. On y revient pour une chronique détaillée au plus vite, promis.
Déjà disponible. https://vestron.wetta-sunnyside.fr/355/aliens-cendres-dust-to-dust/

Galerie

Les commentaires sont fermés.