« Serpent Dieu » : La légende d’Elrik l’Orcadien…

Le monde des Vikings a toujours fasciné les amateurs d’aventures épiques, de combats farouches dans des contrées sauvages. Embarquer à bord du « Serpent Dieu », c’est accompagner ces fiers guerriers, partager leur mythologie aux dieux sanguinaires. Jérôme Le Gris et Benoît Dellac renouent avec ce thème éternel proposant une chronique héroïque aux images flamboyantes.

Elrik l’orcadien n’est pas un simple guerrier viking, c’est un des trois légendaires « Berserks » qui porte la marque d’Odin, celle des guerriers fauves, choisis par le roi des Dieux, possédant une puissance surhumaine. Banni de Norvège par le roi Hàkon, unique survivant du naufrage de son drakkar, il est sauvé par les hommes du clan d’Ulf Keludar, le roi d’Islandia. Afin de les remercier de leur aide, Elrik  propose de défendre ce peuple de proscrits menacé par le clan de Björn le Brûlé et de sa fille la belle Nessa. Épris de cette dernière, qui sacrifie sa vie au cours d’un combat dantesque, Elrik des Orcades, animé par un furieux désir de vengeance, s’attaque à ceux qui l’ont condamné : Hàkon le roi de Norvège et Ygrid sa prêtresse, qui a fait de lui un guerrier fauve. Loki, le dieu de la mort, lance contre lui une armée d’immortels composée de ceux qui ont été privés des portes du Walhalla. D’après Ygrid, qui lui a volé sa mémoire, la prophétie affirme que les trois guerriers dieux seront bientôt réunis. C’est alors que Nessa, la fille d’Haraldùr surgissant du royaume des morts, rejoint l’armée de Loki dont elle est le champion…

Rendez-vous en octobre prochain pour enfin connaître l’issue d’« Islandia », premier cycle de cette saga viking dont les trois albums auront été publiés en moins d’une année… à moins de patienter jusqu’à l’arrivée d’une probable intégrale.   Cette nouvelle saga située au cœur de la mythologie viking comblera les amateurs du genre et au-delà.

Le scénariste Jérôme Le Gris, né en 1971, diplômé de l’école Louis Lumière, réalise deux longs métrages : « Requiem pour une tueuse » et « Premiers Crus ». Il aborde la bande dessinée en écrivant la remarquable trilogie « Horacio d’Alba » débutée aux éditions 12 Bis, figurant aujourd’hui au catalogue des éditions Glénat. C’est après avoir écrit « Malicorne » avec Remi Bezançon pour Thimothée Montaigne, puis « Jeanne d’Arc » pour Ignacio Noé, qu’il se lance dans « Serpent Dieu ».

Benoît Dellac, né en 1982 près de Toulouse, étudie le dessin à l’école Pivaut de Nantes. Il débute aux éditions Vents d’Ouest avec « Missi Dominici » écrit par Thierry Gloris, puis dessine pour Soleil « Les Princes d’Ambre » sur scénario de Nicolas Jarry d’après Zélany. Aux éditions Delcourt, il participe au concept « L’Homme de l’année », dessine « Ligne de front » avec Jean-Pierre Pécau avant d’animer le western « Sonora ». Une mise en page dynamique, des personnages aux visages expressifs et des décors soignés, caractérisent le travail de ce dessinateur qui allie efficacité et puissance du trait.

Henri FILIPPINI

« Serpent Dieu  T2 : Le Temple du dieu corbeau » par Benoît Dellac et Jérôme Le Gris

Éditions Glénat (14,95 €) – ISBN : 9 782344 011768

Galerie

Les commentaires sont fermés.