Quatre albums érotiques chauds bouillants…

Prospère à la fin du siècle dernier, la bande dessinée érotique, voire plus, conserve aujourd’hui une place bien modeste au sein de la folle production actuelle. Quatre ouvrages dans des domaines différents viennent de sortir, destinés à des lecteurs que l’on baptise avertis. L’occasion de (re)découvrir les français Bruno Coq et Alex Varenne et les américains Guy Colwell et Colleen Coover…

Avec la réédition de « La Secrétaire » c’est un pilier de la presse adulte des années 1990 que l’on retrouve. Plasticien, musicien, graphiste, après avoir débuté chez Elvifrance, Bruno Coq crée le personnage de Karine dans les pages de la revue Bédé X. Héroïne de deux ouvrages, « Le Directeur » puis « La Secrétaire », elle sera remplacée par la non moins pulpeuse Bella Postic avant la publication de « Cercle vicieux » (scénario de Romain Peyret). Quelques années plus tard, Bruno Coq revient à la BD en signant « Poupée » et « Vice et novices » sous le pseudonyme Pitek. Après avoir été victime d’abus sexuels exigées par son directeur, la blonde Karine espère avoir trouvé un nouvel emploi plus reposant. Hélas, piégée par des collègues lesbiennes, elle devient l’esclave consentante d’hommes et de femmes pervers. Le trait réaliste et cru, les séquences scabreuses qui s’enchaînent, réservent cet ouvrage à des lecteurs adultes. Après la réédition de l’ouvrage « Le Directeur », les éditions Dynamite présentent donc sa suite, un album qui comblera tous les amateurs du genre (www.bd-adultes.com). Bruno Coq a abandonné la BD pour la peinture (exposition « Double Face » à Bordeaux en 2016).

Alex Varenne, après le succès d’« Ardeur », une saga post atomique réalisée avec son frère Daniel dans Charlie Mensuel, s’est tourné vers la bande dessinée érotique dont il est devenu un des plus intéressants représentants. Il propose aujourd’hui  « Hot Police », six histoires courtes réalisées au début des années 2000 et demeurées inédites. L’inspecteur Hotman, membre de la brigade sexuelle, est spécialisé dans les affaires scabreuses, n’hésitant pas à donner de sa personne… de toute sa personne. Sous les ordres de la troublante commissaire Perrin, il traque les maniaques sexuels, les mères maquerelles, les barons de la traite des blanches… Alex Varenne, qui s’apprête à fêter ses 80 ans, présente des images brûlantes aux cadrages serrés efficaces, aux noirs et blancs épurés qui ont contribué à son renom. Après « Hot Dreams », « L’Érotisme du vide », « La Molécule du désir » et « Dolly Doll »,  Tapages Nocturnes nous permet de retrouver un auteur de premier plan avec cet album de 96 pages au format pratique 17 cm x 24.

Avec une formation de peintre, Guy Colwell s’est consacré à la bande dessinée de 1972 à 1992 devenant un dessinateur phare de l’Underground américainSon œuvre majeure présentée dans les cinq numéros de Inner Romance City publiés par Last Gasp est rééditée pour la première fois dans son intégralité en français dans un album unique. Amour, sexe et drogue sont au menu de ce récit qui a pour cadre le pénitencier fédéral de McNeil Island où étaient envoyés les insoumis. Au fil des pages le trait de Colwell abandonne la trame et gagne en réalisme. Contrairement au deux ouvrages précédents, la démarche de l’auteur n’est pas de satisfaire un lectorat avide d’images interdites mais d’explorer la nature humaine. Proposé au format roman graphique aux États-Unis en 2015 par Fantagraphics Books, cet album de 188 pages en noir et blanc préfacé par Patrick Rosenkranz est publié par Revival, label lancé par le magazine Les Cahiers de la BD.

Enfin, Colleen Coover, auteure américaine ayant obtenu un Eisner Award, ouvertement bisexuelle qui pestant sur le porno pour les hommes a fait le pari de réaliser une histoire porno pour les femmes. Elle évoque le quotidien d’Annie, jeune femme malicieuse et coquine, appréciant les plaisirs solitaires, qui croise la route de la jolie Nibbil, espèce de génie espiègle sorti de sa lampe pour l’initier aux plaisirs de l’amour entre femmes. Certes porno, « Les Petites Faveurs » est une BD coquine, girly, pleine de fantaisie, qui séduira les femmes et charmera les hommes. Cet ouvrage est la traduction de « Small Favors the Definitive Girly Porno Collection » publié aux États-Unis par Limerence Press. Il est traduit par Jean-Paul Jennequin pour la collection Porn’Pop et bénéficie d’une préface de Céline Tran.

Bien entendu la lecture de ces quatre albums est réservée aux lecteurs adultes et avertis.

Henri FILIPPINI

« Hot police » par Alex Varenne

Éditions Tapages Nocturnes (14 €) – ISBN : 9791096039524

« La Secrétaire » par Bruno Coq

Éditions Dynamite (15 €) – ISBN : 9782362341786

« Inner City Romance » par Guy Colwell

Éditions Revival (23 €) – ISBN : 9781096119233

« Les Petites Faveurs » par Colleen Coover

Éditions Glénat (19,95 €) – ISBN : 9 782344026397

Galerie

2 réponses à Quatre albums érotiques chauds bouillants…

  1. Captiaine Kérosène dit :

    Le problème de nombre de BD érotiques est qu’elles sont extrêmement mal dessinées et donc très moches. Il suffit de regarder la planche de « La Secrétaire » montrée dans l’article pour s’en convaincre : personnages raides, mise en couleur hideuse et lettrage maladroit.

  2. Jean dit :

    La secrétaire en version n et b révèle tout le talent du dessinateur. La mise en couleurs ne met pas en valeur de cette BD… c’est dommage mais la mise en couleurs n’apporte parfois pas grand-chose et dénature l’oeuvre conçue pour une publication en n et b. Je me souviens de certains albums parus dans bédé adult en n et b et dont la sortie en couleurs était ratée et nuisait à l’œuvre originale…