Interview Noah Van Sciver – Charles Forsman

En complément de notre chronique de « Fante Bukowski » par Noah Van Sciver, nous avons rencontré l’auteur et son collègue Charles Forsman, à l’occasion de leur venue sur le stand de l’éditeur l’Employé du moi, au festival d’Angoulême 2019. Interview de deux auteurs percutants, en pleine ascension, issus de la scène fanzine de la côte est des Etats-Unis.

Noah van Sciver est un auteur ayant vécu son enfance dans une famille de mormons jusqu’à l’âge de 13 ans, avant de quitter la région avec sa mère. Il en gardé des interrogations profondes sur la religion, et la vie en général. Ses comics sont de puissantes introspections poétiques, dessinés dans un noir et blanc nerveux mais chaud, et aux propos toujours tendres. C’est un auteur déjà bien reconnu aux États-Unis, au point d’être invité dans un grand nombre de conventions. Crumb est l’un de ses plus grands fan (1).

Bdzoom : Bonjour Noah. Vous rendez un hommage aux auteurs John Fante et Charles Bukowski dans votre série « Fante Bukowski », par le biais ce cet auteur raté, lui-même amateur. Dans quelles conditions avez-vous fait connaissance avec ces deux auteurs ?

NVS : lorsque je travaillais entre 2008 et 2015 dans un magasin de livres d’occasion à Denver. Il y a avait un peu toujours les mêmes personnes qui venaient et qui réclamaient ce genre de livres et c’est ainsi que je les ai découverts.

Cela a t-il été le départ de l’imagination de ce récit ?

Oui. J’ai lu pratiquement tout Charles Bukowski, et une grande partie de John Fante.

Vous décrivez Colombus d’une manière qui semble très réaliste, ou en tous cas, on croirait que vous avez fréquenté vous-même les endroits où Kelly passe, comme ce bar miteux par exemple ? Est-ce du vécu ?

Non, il s’agit de fiction, en fait ces lieux n’existent pas. A Colombus, il ne se passe pas vraiment grand-chose et il n’y a pas ce genre d’artistes.

Il s’agit plutôt d’une sorte de blague moqueuse. Les gens qui viendraient ici se diraient « mais où se trouvent toutes les choses décrites ? » Ah ah.

Ce descriptif provient-il uniquement des lectures de John Fante ?

Non. Tu sais, lorsque tu es petit éditeur depuis pas mal de temps, et que tu publies des fanzines…
Cela fait partie de ton expérience…Toutes ces personnes que tu croises sur les festivals, etc.

Avez-vous une idée de la durée de la série ? Y aura t’il une suite après ce troisième tome ?

Non. C’est le dernier. Je crois avoir tout raconté sur le sujet.

Le lectorat français ne connait seulement votre travail qu’avec
« Fante » , publié par l’Employé du moi. Il est cependant possible de lire des extraits sur le web d’une précédente publication de 2012, intitulée : « Hypo » Cela a l’air plutôt intéressant, graphiquement et scénaristiquement. Pouvez-vous nous en parler un peu ?

Hypo, page tirée du blog de l'auteur.

 

Oh, merci. Et bien, Abraham Lincoln dans la période de ses vingt-ans a subit une dépression nerveuse assez importante, et cela m’intéressait de pouvoir traiter de ce sujet et de la période durant laquelle cela se passait, à savoir les années 1835-1837.

Simplement j’étais intéressé pour écrire un livre qui traiterait d’Abraham Lincoln sous un angle différent de celui de la guerre de sécession, ou le fait qu’il ait été président, mais plutôt en tant qu’être humain…

 

Vous êtes responsable du fanzine Blammo, dont j’ai pu aussi lire des extraits sur http://www.kilgorebooks.com/shop/blammo-9-noah-van-sciver

Il développe apparemment des thématiques plus personnelles et étranges (2).  Est-ce que vous pouvez nous en parler un peu aussi ?

Il existe de nombreux fanzines aux États-Unis, des choses faites par des gens comme Daniel Clowes, Peter Bagge….et j’avais envie de faire mon propre truc. Si j’avais été dans les années quatre-vingt, ça aurait ressemblé à ça. C’est quelque chose que je garde séparé de mon travail de roman graphique et j’essaie d’en publier un par an. Cela donne un peu à voir ma vie en tant qu’auteur de BD. Et si vous prenez le tout premier numéro de Blammo et le dernier, vous pouvez voir l’évolution en direct d’un auteur de BD.

Est-ce que l’on aurait la chance de pouvoir voir compilés les numéros de Blammo un jour ?

Non, parce que tout ce qui s’est passé n’a plus d’avenir… Je me vois mal dédicacer des histoires décrivant des choses qui se sont passées il y a des années… ça ne me ressemble plus.

De toute façon, il ne s’agit que de petits tirages…1000 copies et ensuite, « It’s gone »

 

Et pourtant, on citait Daniel Clowes… Ses comics se voient édités en recueils cartonnés aujourd’hui ? Ah ah !

Non, mais je ne suis pas un artiste ou un auteur de BD « naturel ». Je ne fais pas « Eightball ». Tout est une question de lutte pour moi pour continuer à avancer…

Mathias : je serais en tous cas intéressé pour réaliser un jour une compilation de tes meilleurs histoires courtes.

NVS : ah ? Great.

BDzoom : merci Noah.

Note : Parmi d’autres livres intéressants et remarqués de Noah Van Sciver, citons : « Disquiet » un recueil des meilleurs histoires courtes de l’auteur, déjà publié par Fantagraphics en 2016. Peut-être aura t-on droit à sa traduction ?

Page issue de Blammo #9

Noah Van Sciver travaille actuellement sur un nouveau projet de livre, traitant du mouvement du Latter Day Saint, un groupement d’église chrétiennes créé en 1820. L’auteur a lui-même été élevé jusqu’à 13 ans dans une famille issue de ce mouvement. (Voir ci-dessous)

Joseph Smith : page issue du blog de l'auteur ©Noah Van Sciver 2018

 

Charles Forsman est un autre talent très remarqué, ainé de 2 ans, qui a aussi fréquenté le Center for Cartoon Studies, une école créée en 2004 par l’auteur de romans graphiques James Sturm et la professeure Michelle Ollie à White River Junction, dans le Vermont. Forsman a été diplômé en 2008 et a obtenu depuis deux Ignatz Award pour ses auto-publications de mini comics Snake Oil.

« The End of the Fucking World » tiré de ces comics, a été son premier roman graphique publié, par Fantagraphics, avant «  I’m Not Okay With This » (« Pauvre Sydney » en français).
Bdzoom : Charles, j’ai découvert votre travail dans un premier temps avec l’adaptation en série TV de
« It’s the End of the Fucking World » sur Netflix. Série que j’ai d’ailleurs regardé avec ma fille de 17 ans. Et cela nous a beaucoup plu à tous les deux.

CF : ah- ah, c’est bien.

Comment avez-vous trouvé la série, et comment avez-vous été associé à la réalisation ?

C : j’ai adoré et été très surpris. Mais je n’ai pratiquement pas été associé. J’ai préféré laisser les équipes faire leur travail. Chacun le sien. Mais j’ai eu beaucoup de chance, car pas mal d’adaptations sont souvent ratées…

Je me demandais si vous aviez participé au choix des musiques dans la série ?

Fanzines originaux de l'auteur chez Snake Oil. Photo issue de son blog.

C : en fait le morceau d’Hank Williams « Settin’ The Woods on Fire », qui est dans la série, faisait partie de mon comic book original, mais je n’avais pas pu le garder à cause de questions de droits. J’ai été surpris de voir qu’ils l’avaient gardé. Ça m’a fait plaisir.

Êtes-vous musicien vous-même ?

C : oui. Pas depuis très longtemps. Je joue de la guitare.

Écoutez-vous de la musique lorsque vous dessinez ?

C : oui, c’est une grosse partie de mon inspiration.

Quel genre ?

C : en fait mes deux premiers bouquins ont eu pas mal de références. Hûsker Dü majoritairement…C’est ce qui me met dans les meilleures conditions. Je ne suis pas trop Pop en fait…

Dans « Pauvre Sydney » vous utilisez un personnage féminin pour décrire les affres de l’adolescence. Pourquoi avoir choisi cette façon de procéder ?

Pauvre Sydney (I'm Not Okay With This)

 

C : je souhaitais parler de l’adolescence, façon
« Scanners », le film de David Cronenberg (1981). Connaissez-vous le film ? Certains disent que c’est son meilleur. .J’avais envie de parler de l’adolescence de cette manière.

Du coup, vous seriez davantage Charles Burns que Daniel Clowes, par rapport à Noah, avec cette « rudesse », non ? (rire)

C : non. Non !…

J’ai trouvé que Sydney abordait assez frontalement le sujet du sexe. Cela m’a un peu remémoré la série « Love and Rockets » des frères Hernandez. Est-ce une référence pour vous ?

C : oui. Mais je ne pense pas que ce soit une influence directe. Je ne sais vraiment pas…en fait, on a toujours des choses en tête lorsque l’on dessine, mais là, cela vient plutôt de mon expérience d’enfant…

Alors, parlons du thème de la mort d’un père, qui semble vous avoir davantage inspiré, puisque Sydney perd le sien à 15 ans…

C : oui… J’ai perdu le mien à l’âge de 11 ans. Et cela m’a marqué et a beaucoup influencé l’être que je suis aujourd’hui. Je souhaitais parler de ce que cela fait d’être enfant à cet âge là et comment on réagit… Tous ces adolescents… Il est difficile de se faire une place (…) j’étais déprimé à ce moment là…

« Pauvre Sydney » se révèle t-il alors comme un récit autobiographique ? Les éléments du collège, etc. ?

C : non, pas vraiment. Mon premier bouquin comportait d’avantage d’éléments se rapportant à mon expérience, même si pas complètement…L’adolescence est une période où l’on a envie de faire des choses différentes des autres. Je me cherchais… J’ai toujours eu envie d’être un créateur… et faire des comics me semblait la chose la plus sympa pour trouver ma voie..

Tous les deux, vous êtes auteurs de comics alternatifs, qui peuvent rappeler ici en France des auteurs tel David B, pour n’en citer qu’un.. Le connaissez-vous ?

C : oui, bien sûr. On lit presque tout ce qui est traduit.

BDzoom : Vous connaissez l’Association ?

NVS : oui, j’aime bien des choses comme Joan Sfar et son
« Pascin » par exemple…C’est un bon livre, que j’adore. Mais ce genre est plus difficile à trouver. Les éditeurs souhaitent avant tout des choses qui ont davantage le potentiel de se vendre, des livres comme ceux de Lewis Trondheim, Killofer…Les livres de l’Association font de toute façon partie de mes favoris. Je dois avoir environ 6 éditions originales de l’éditeur…

BDzoom : on a une vision assez floue ici de ce que vous avez de disponibles aux États-Unis.

NVS : oh, beaucoup de choses, mais c’est dingue de voir la différence de format entre les originaux et ceux que l’on a ici. Ils sont super grands en France, et là… tout petits…Comme
« Gus and His Gang » de Christophe Blain.

J’aime aussi beaucoup Franquin, les classiques…En Amérique, il y a pas mal de « Spirou » de disponibles aussi. Connais-tu « Die Laughing » présentant ses humeurs très noires ?…(« Les idées noires » ndlr). (S’en suit un quiproquo à propos du nom de l’auteur, prononcé « Franklin » (…)

C : Manu Larcenet pour ma part a été une belle révélation.
« Ordinary Victories » (« Le Combat ordinaire ») …

BDzoom : vous avez donc pas mal de lectures « françaises »…Cela répond à ma question.

NVS : oui, j’adore aussi « La Guerre d’Alan », mais je redoute de dire le nom de l’auteur devant toi, maintenant ah ah !

BD : Emmanuel Guibert… oui, je suis assez embêtant avec mes noms, prénoms, éditeurs…

Mais revenons à ta production Charles, si tu veux bien.
Dans « Hobo Mom », que j’ai lu récemment… tu as travaillé avec Max de Radigués. Le sujet est la mère. Après le père… Je dois dire que cela semble être le thème principal de ton activité. Comment le projet a t-il émergé ?

C : en fait nous nous sommes rencontrés alors que Max était aux États-Unis au Center for Cartoon Studies. On avait le même âge, les mêmes idées…

BDzoom : Il est vrai que votre style est assez proche.

C : oui, je n’ai jamais vraiment travaillé avec personne auparavant…Mais là cela s’est passé de manière assez naturelle.

BD : qui a fait quoi dans le livre ?

C : on a tout fait ensemble. …J’ai surtout réalisé les crayonnés, je lui envoyais, et il faisait des retouches…Ça a été une expérience assez bizarre en fait…

BD : J’ai beaucoup aimé en tous les cas.

C : merci.

Merci Charles, merci Noah. Je vous souhaite une bonne continuation à Angoulême, et pour vos autres dates en France.

Hobo Mom p8 © L'Employé du moi-C. Forsman- M d Radiguès

Interview réalisée par Franck Guigue à Angoulême jeudi 24 janvier 2019, en présence de Noah Van Sciver, Charles Forsman, Melissa Mendes et Matthias Rozes, des éditions l’Employé du moi (dans la première partie de l’entretien). Merci à ce dernier pour la mise en relation.

(1) L’auteur raconte son enfance dans un de ses derniers livres « One Dirty Tree » (Uncivilized Books novembre 2018). Crumb, grand fan, écrit, dans le courrier des lecteurs du numéro 9 du fanzine Blammo, (Kilgore Books & comics, 2016) : « (…) Pourquoi, nom de dieu, as tu décidé de passer un an au Centre for Cartoon Studies dans le Vermont ? Était-ce pour des raisons économiques ? Je ne peux pas imaginer d’autres raisons. Que peuvent-ils t’apporter là-bas ? Tu es déjà si en avance dans ce médium, par toi-même, simplement en ayant déjà publié tant de choses depuis tant d’années. C’est surtout ainsi que chacun devient un vrai auteur de BD, ou un vrai mécanicien. Ne change rien.
Bon vent
! »

2) On trouve entre autre, dans le numéro 9 de Blammo, le récit de l’expérience douloureuse de Noah Van Sciver à Vermont, au Center for Cartoon Studies, où il était boursier, en 2015, qui explique qu’il n’y soit pas resté; « The Writer and the Artist » : un petit conte fantastique tentant de donner une origine au fanzine Blammo, mais aussi, un hommage à peine voilé à Rodolph Topffer, via les chapitres : « 19th Century Cartoonist ». Tout l’amour d’un auteur pour l’histoire du comic book et de la bande dessinée en général, avec un œil documenté. Succulent.

On peut retrouver les auteurs et leurs fanzines sur les sites suivants :

https://nvansciver.wordpress.com/

http://www.spitandahalf.com/?s=Noah+Van+Sciver

http://www.kilgorebooks.com/

http://snakeoilcomics.blogspot.com/?m=1

Site de l’éditeur francophone : http://employe-du-moi.org/

 

Galerie

2 réponses à Interview Noah Van Sciver – Charles Forsman

  1. Julien dit :

    Superbes interview. J’ai découvert pas mal de choses sur ces auteurs, notamment le passionnant Noah Van Sciver. Encore une fois, merci.

    • FranckG dit :

      Merci à vous Julien. Les retours sont toujours appréciés, surtout lorsque, comme ici, ils sont positifs. Content d’avoir apporté quelque chose en tous les cas. Espérons que l’Employé du moi trouve quelques lecteurs supplémentaires cette année en France, et puisse continuer à publier d’autres ouvrages de ces auteurs.