Jakob Kayne, le dernier des « Mange-Mémoire »…

Spécialiste des thrillers, on lui doit l’adaptation en BD de « Millenium », des récits de science-fiction, il est l’auteur d’ « Orbital », de « Reconquêtes » et de « On Mars », Sylvain Runberg se lance un nouveau défi : l’aventure historique teintée d’une bonne dose de fantastique. C’est avec le dessinateur espagnol Mateo Guerrero qu’il lance « Jakob Kayne », le dernier « Mange-Mémoire ». Un premier album de mise en bouche plein de promesses.

Au temps de l’Inquisition, La Isabela, citadelle de l’île d’Hispaniola réputée comme imprenable et dirigée d’une main de fer par le cardinal Torquemada, lutte contre une épidémie de choléra tout en résistant depuis de longues semaines aux pilonnages de la flotte du calife Soleman. Jakob Kayne parvient à pénétrer dans la ville assiégée, où il doit soigner la belle Victoria Marcheda dont la fièvre ne cesse d’augmenter. L’homme appartient au peuple des Hyppocrates dont il est le dernier survivant avec son frère cadet Samuel. Peuple qui a créé la guilde des alchimistes guérisseurs chargés de secourir ceux qui font appel à eux. Seuls rescapés à la suite d’une tempête, les deux frères poursuivent leur mission.

Samuel, devenu aveugle à la suite du naufrage est celui qui crée les onguents et intercepte les messages. Jakob se rend chez les malades, mais c’est aussi le dernier des « Mange-Mémoire ». Il possède le pouvoir de ne jamais être reconnu par ceux qui le croisent et qui oublient aussitôt son visage. Un don précieux qui vous évite bien des ennuis, sauf lorsque vous êtes amoureux et que votre dulcinée ne peut pas vous reconnaître. Et voilà que Jakob s’éprend après l’avoir guérie de la belle Victoria qu’il aide à fuir La Isabela que viennent de ravager dans un déluge de feu les troupes de Soleman.

Sylvain Runberg construit minutieusement un univers uchronique où des personnages et les évènement issus de la grande Histoire croisent des civilisations imaginaires qui empruntent aux peuples du passé. Situées dans un monde maritime fantasmé, chaque île visitée par Jakob Kayne possède des liens avec notre Histoire. Son récit patiemment construit distille avec parcimonie sa part de fantastique, bluffant le lecteur qui finit par y croire. Il est accompagné par Mateo Guerrero, dessinateur espagnol né à Cadiz en 1976. Capable d’aborder de nombreux styles, entre Manga, comics et BD franco-belge, il a travaillé pour l’Espagne mais aussi les États-Unis, avant de rejoindre la France et les Humanoïdes Associés (« DragonSeed »). Il entre aux éditions du Lombard en 2014 avec la série « Gloria Victis » qui compte quatre albums. C’est d’un trait vigoureux et réaliste classique qu’il propose cette nouvelle création que devraient savourer les amateurs de bande dessinée d’aventure. À noter la couverture superbe conçue avec le concours de Colette Vercouter et une mise en couleur efficace de Javi Montes.

Henri FILIPPINI

« Jakob Kayne T1 : La Isabela » par Mateo Guerrero et Sylvain Runberg

Éditions du Lombard (14,45 €) – ISBN : 9782803670536

Galerie

Les commentaires sont fermés.