« BD, une histoire française » : une histoire de la BD…

Véritable OVNI débarqué en cette fin d’année dans les kiosques, ce fascicule de 132 pages ambitionne de raconter l’histoire de la BD en France de ses débuts au XIX° siècle à aujourd’hui. Même si l’intitulé surprend par son côté limité à la France alors qu’il évoque les œuvres belges, américaines, italiennes !

Raconter l’histoire de la bande dessinée en consacrant un premier chapitre de l’art pariétal à Gutenberg pour terminer dans un ultime épisode à l’aube du troisième millénaire est un pari ambitieux, voir irréaliste. Et pourtant, son voyage terminé, le lecteur curieux ne peut que se sentir enrichi par ce copieux récit qui parvient à évoquer la plupart des grandes étapes parcourues par les bandes dessinées publiées en France, qu’elles soient franco-belges ou venues d’ailleurs.

On y parle des images d’Épinal, de Rodolphe Töpffer, de « Max und Moritz », de Christophe, de « Bécassine »,  de « l’Espiègle Lili », de Louis Forton et ses « Pieds Nickelés », de « Zig et Puce », de « Bicot », de « Mickey », de Hergé et de « Tintin », des illustrés sous Vichy, des journaux nés à la Libération, de Jijé et de « Spirou », de Franquin, de Paul Gordeaux et France-Soir, de Piloteet « Astérix »,  de censure sous Giscard, de Coq Hardi et de Vaillant, de « Corto Maltese », de Docteur Gir et Mister Moebius »,de À Suivre

Bref, des grands moments de ce média à l’origine pour enfants qui est aujourd’hui le 9eart. L’iconographie particulièrement riche des textes aux nombreuses références propose le plus souvent des documents rarement rencontrés dans d’autres ouvrages. Si l’ambition de l’auteur est de permettre à un nouveau lectorat d’en savoir plus sur l’histoire de la bande dessinée, le pari est réussi. Pour les plus érudits, c’est un moyen sympathique de dépoussiérer leurs neurones endormis.

Jean-François Miniac, né en 1967 à Paris est l’unique auteur de ce travail aux références sérieuses mais encore une fois destinées à un large lectorat. Auteur de plusieurs ouvrages publiés depuis 2008 aux éditions De Borée (« Grandes affaires criminelles »), il travaille dans le monde de la bande dessinée depuis le début des années 90 : « Valentine » aux éditions Milan, « Fils de Thulée » avec Arleston chez Soleil, reprise de « Sam Griffith », « Hercule Poirot » chez Lefrancq puis EP éditions, « Outsiders » chez Glénat… Sont trait inspiré par une ligne claire réaliste ne manque pas de charme.

Henri FILIPPINI

 « BD, une histoire française » est le sixième numéro du trimestriel Les Trésors de la culture édité par le groupe Oracom (132 pages couleurs, 12,90 €, en kiosque, Shop.oracam.fr, 168 Bis/170, rue Raymond Losserand, 75014 Paris).

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>