« Indélébiles » : Luz raconte Charlie Hebdo

C’est parce que le 7 janvier 2015 était son jour d’anniversaire que Luz a échappé à la tuerie de Charlie hebdo. Arrivé en retard à la rédaction, il a croisé les assassins qui venaient de décimer l’équipe de l’hebdomadaire satirique. Tout au long de cet ouvrage poignant, il évoque à sa manière les années passées auprès de ses amis.

Grand admirateur de Cabu, le jeune Renald Luzier abandonne sa bonne ville de Tours pour la capitale afin de rencontrer son idole à La Grosse Bertha, hebdomadaire satirique qui allait bientôt céder sa place à la renaissance de Charlie Hebdo.Sa signature est présente dans le journal dès les premiers numéros parus en 1992. Grand amateur de musique, il se spécialise dans les reportages au cours des manifestations musicales, ce qui ne l’empêche pas de partir avec son carnet de croquis dans les banlieues, de suivre la tournée de Renaud en Bosnie ou encore de faire vivre les manifs à ses lecteurs. Lorsque en 1997 Catherine Mégret devient maire Front National de Vitrolles, il crée le strip « Les Mégret gèrent la ville ».

Même s’il avertit modestement: « Tout ce que vous connaissezou croyez connaître de Charlie Hebdo ne se trouve pas dans ce livre »,c’est bel et bien un voyage au cœur du journal et de ses animateurs que nous fait revivre cet ouvrage passionnant : conférences de rédaction, bouclages et coups de gueule, choix des Unes, portraits émouvants des vieux copains, vibrant hommage à Cabu son mentor… C’est le quotidien de l’hebdomadaire fondé par Cavana qui nous est conté avec une vision très personnelle par l’un des ses acteurs les plus représentatifs. Auteur de la couverture sur Mahomet du fameux numéro 1178 confectionné dans les locaux de Libération, publié peu après la tuerie, il annonce son départ du journal pour raisons personnelles au mois de septembre suivant. Son trait décapant, les caricatures sublimes de ses potes pour certains disparus dans la tragédie, respirent la vie au sein d’une rédaction à nulle autre pareil. Un gros bouquin de 320 pages alternant noir et blanc et couleurs, cadeau idéal pour tous ceux qui ont croisé un jour la route de Charlie Hebdo.

Né le 7 janvier 1972 à Tours, Renald Luzier, le futur Luz, publie ses premières caricatures dans L’Aberration, le journal de la Fédération des Étudiants de Tours. Dès le début des années 90, il collabore au Psikopatde Carali, puis entre à Charlie Hebdoen 1992. Il est rédacteur en chef des six numéros de Chien méchanten 1994, dessine pour Les Inrockset crée le fanzine Cambouisen 2002 (album à l’Association). Après son départ de Charlie Hebdo,il publie « Catharsis » chez Futuropolis en 2015, dessine « Misfits » dans les Cahiers du cinéma ,  puis adapte « Ô frères humains » d’Albert Cohen chez Futuropolis, enfin signe « Puppy » en 2017 chez Glénat.

Henri FILIPPINI

« Indélébiles » par Luz

Futuropolis (24 €) – ISBN : 978 2 7548 2398 2

       

 

Galerie

Les commentaires sont fermés.