« Viravolta T1 : L’Orchidée noire » par Éric Lambert et Arnaud Delalande

Pietro Viravolta, surnommé l’Orchidée noire, fut, avant d’aborder la bande dessinée, le héros d’une série romanesque à succès en cinq volumes écrite par Arnaud Delalande aux éditions Grasset. L’agent secret vénitien est de retour au cœur de la France de Louis XV pour une série de nouvelles aventures inédites écrites spécialement pour le 9e art où se mêlent histoire et espionnage. Une nouvelle série digne de feu la collection Vécu, illustrée en cinémascope par Éric Lambert.

En décembre 1756, après avoir déjoué le complot baptisé le Piège de Danteourdit contre la sérénissime, Pietro Viravolta de Lansalt arrive à Versailles. Celui que l’on surnomme l’Orchidée noire, fils d’un jardinier et d’une comédienne, est accompagné par sa jeune femme Anna et par son valet Landretto. Grâce à Jean-Pierre Tercier, chef du « secret » du roi Louis XV, il est chargé d’une mission, qui s’il la réussit, lui permettra d’entrer dans ce très secret cabinet noir, ancêtre de nos services secrets. Victime d’un attentat au couteau, commis par un certain Robert-François Damiens, Louis XV demande au vénitien ami de Casanova, de débusquer ses commanditaires. Au fil d’une enquête riche en rebondissements tragiques, Viravolta découvre que le complot contre le roi et la Pompadour est organisé par une mystérieuse organisation composée de parlementaires qui cherchent à renverser le Royaume, baptisée le parlement de l’ombre. Une mission dangereuse qu’il  remplit avec succès. Devenu le marquis de Lansault par la grâce du souverain reconnaissant, Viravolta est désormais  le bienvenu dans le « secret » du roi.

Né en 1971, Arnaud Delalande est licencié d’Histoire. Il est l’auteur de romans à succès publiés aux éditions Grasset : « Notre-Dame de la terre », « L’Église de Satan », « La Musique des morts »… et surtout du « Piège de Dante » publié en 2006, premier roman d’une série de cinq dont le héros est Pietro Viravolta. C’est en 2007 qu’il aborde la bande dessinée avec des albums à thème historique publiés aux éditions Glénat : « Codex Sinaïticus », « Le Dernier Cathare », « Surcouf »…, mais aussi « Alienor », « Gagliostro », aux éditions Delcourt, « Le Cas Turing », « La Jeunesse de Staline » aux éditions les Arènes. Les scénarios de ce passionné d’Histoire sont documentés et riches en anecdotes sans pour autant négliger la fiction. Il écrit aussi pour le cinéma, la musique et l’Opéra.

Né en 1968, Éric Lambert élève d’une école de dessin industriel débute dans infographie. Il publie son premier album, « Merlin » en 2000 aux éditions Nucléa puis chez Soleil, sur scénario de Jean-Luc Istin. Un succès qui lui permet de poursuivre la série sur dix ouvrages. On lui doit aussi « Flor de Luna » chez Glénat, une participation aux collectifs « Voyageur » et « Mafia & Co », puis la réalisation des quatre tomes du « Dernier Cathare ». Son trait réaliste, sa passion pour l’Histoire, lui permettent d’aborder avec aisance cette nouvelle création aux décors soignés.

Même si l’on peut regretter des textes parfois un peu envahissants, le scénariste est aussi romancier, « Virevolta » dont chaque histoire sera indépendante, devrait passionner tous ceux, et ils sont nombreux, qui apprécient la bande dessinée classique historique.

Henri FILIPINI

« Viravolta T1 : L’Orchidée noire » par Éric Lambert et Arnaud Delalande

Éditions Glénat (13,90 €) – ISBN : 9 782344 01 5209

Galerie

Les commentaires sont fermés.