« Le Pouvoir des innocents Cycle 2 : Car l’enfer est ici » T5 par Laurent Hirn et Luc Brunschwig

Publié de 1992 à 2002 aux éditions Delcourt, le premier cycle du « Pouvoir des innocents » avait apporté un souffle nouveau aux thrillers de politique fiction. Voici enfin que parait la conclusion en 80 pages sublimes du second cycle lancé en 2011 aux éditions Futuropolis. Tout aussi percutant que le premier, il prend fin un certain 11 septembre 2001.

New York, jeudi 1er mars 2001, premier jour du procès de Joshua Logan. Le 9 septembre 1997, Timothy, le jeune fils de 9 ans de Joshua Logan, ancien marine sergent des Forces spéciales, est attaqué par des voyous. En cherchant à protéger son enfant, Logan participe à l’assassinat de l’un d’entre eux, Joseph Ritchie. Il est arrêté, puis libéré avec l’aide de l’avocate Karen Eden, fondatrice de l’association du droit à l’autodéfense : le Pouvoir des innocents. Pendant que le procès se déroule, Domenico Coracci agent de sécurité de la discothèque d’Angelo Frazzi le roi de la pègre new-yorkaise, est arrêté pour avoir eu des relations intimes avec Lucy Bulmer âgée de moins de 16 ans. Au tribunal, Jessica Rupert, maire de New York combattant pour une politique de réformes sociales de gauche, témoigne à propos des évènements du 4 novembre 1997, nuit où la résidence de son soutien Steven Providence a été détruite à la suite d’un attentat. Les coups de théâtres se succèdent à un rythme d’enfer tout au long de ce procès fleuve dont le verdict est prononcé le 11 septembre 2011…

Cette journée tragique pour l’Amérique permet à Luc Brunschwig de conclure magistralement le second cycle d’une histoire débutée vingt cinq ans plus tôt. Un scénario oppressant et violent qui laisse une place à l’humain, à travers des intrigues amoureuses fortes et poignantes. À la fois thriller politique et chronique sociale, « Le Pouvoir des innocents » est prémonitoire à bien de points de vue, offrant une image certes romanesque mais proche de celle de l’Amérique d’aujourd’hui.

Né en 1967 à Belfort, Luc Brunschwig (« Vaurien », « Urban Games », « Angus Powderhill », « XIII Mystery ») débute dans la publicité tout en se passionnant pour la bande dessinée. Sa rencontre avec Laurent Hirn (né en 1963 à Chalon sur Marne), dans une librairie, donne naissance au « Pouvoir des innocents », publié à partir de 1992 aux éditions Delcourt puis chez Futuropolis où ils ont animé la trilogie « Le Sourire du clown » de 2005 à 2009. Le duo qui fonctionne à merveille a fait appel à Annelise Sauvêtre pour les décors du présent album. Élève de l’École Picaut de Nantes, passionnée par l’art des tatouages, elle rejoint l’atelier POP en 2010 où elle travaille comme coloriste (« Sarkozix », « Supercondriaque »).

Le duo s’attaque également à la suite de la saga avec « Les Enfants de Jessica », dont les deux premiers albums ont été publiés par Futuropolis en 2011 et 2012. Le récit débute dix ans après le procès. Jessica, secrétaire aux affaires sociales du président Mac Arthur, doit faire face à une forte opposition au coeur d’une Amérique libérale en crise…

Si vous n’avez pas savouré les albums précédents vous êtes invités à lire d’urgence l’intégrale réunissant les cinq volumes du premier cycle publié par Delcourt, les ouvrages suivants étant disponibles chez Futuropolis, éditeur actuel de la série. On peut aussi lire l’excellent entretien avec Luc Brunschwig publié dans Canal BD numéro 120 (juin/juillet 2018 – www.canalbd.net).

Henri FILIPPINI

« Le Pouvoir des innocents Cycle 2 : Car l’enfer est ici » T5 par Laurent Hirn et Luc Brunschwig

Éditions Futuropolis (17 €) – ISBN : 9 782754 817141

Galerie

Les commentaires sont fermés.