« Mechacademy » et « Au temps des reptiles » : les deux premiers comics du nouveau label Paperback de Casterman…

Les éditions Casterman ont déjà eu l’occasion de faire découvrir de nombreux auteurs étrangers, dont des américains, au sein de leurs collections Écritures ou Albums. À l’heure où l’on fête les quarante ans de la revue (À suivre), voilà un tout nouveau label, dirigé par Basile Beguerie, dont l’ambition est de « faire découvrir au public francophone le bouillonnement créatif qui agite le paysage de la bande-dessinée américaine ». Les deux premiers titres proposés sont un étonnant récit entièrement muet (« Au temps des reptiles », se déroulant à l’époque du Crétacé) et le premier tome d’un récit de science-fiction enlevé, à base de Mécha : ces armures robots géantes bien connues des amateurs de mangas ou d’animé japonais.

« Au temps des reptiles » a été réalisé par Ricardo Delgado, surtout connu comme artiste ayant travaillé sur de nombreux films américains à gros budgets et de science fiction, ou d’animation, tels « Les Indestructibles » « Men in Black », voire des documentaires : « Dinosaur Revolution » (2011). Passionné par les dinosaures depuis son enfance, il propose ici un de ses rares projets de bande dessinée, sorti sous forme comics en quatre volumes entre 1993 et 1994 chez Dark Horse.

Scénarisé, dessiné et colorisé par ses soins, celui-ci met en scène la vie de sauriens, tel un documentaire animalier, sans aucune présence ni voix off humaine, où nous sommes juste spectateurs des combats quotidiens de ces sacrées bestioles ; car « dans une nature sans parole, il n’y a ni bien ni mal. Seulement la survie » .

Tous les lecteurs ayant apprécié « Alpha » de Jens Harder (L’An 2/Actes Sud, 2009) devraient retrouver le même genre de charme ici, avec un zeste de poésie supplémentaire néanmoins, car une histoire est réellement racontée. On espère d’autres traductions de cet auteur (« Hieroglyph », Dark Horse, 1999, par exemple).

« Mechacademy » (« Mech Cadet Yu » en VO chez Boom studios) est né en 2012 sous la forme d’un mini comics de présentation, sous le nom de « Los Robos Arizona » dans le recueil « Shattered, the Asian American Comics Anthology » (The New Press, nov 2012). Greg Pak, bien connu entre autre pour ses « World War Hulk », « Planet Hulk » mais aussi plus récemment sa série « Batman Superman » sait écrire de très bonnes histoires, et fait partie du who’s who des scénaristes comics modernes. Il a recomposé avec le dessinateur canadien Takeshi Miyazawa, au style très manga, l’histoire du jeune Stanford Yu, balayeur de son état, qui va embrasser le destin des jeunes cadets de la Mech Academy (l’académie Mech), en étant choisi par un des robots mécha extraterrestres, venant tous les quatre ans choisir des jeunes « pilotes ». Ensemble, bien entrainées, ces équipes devront lutter contre l’éventuelle nouvelle incursion belliqueuse des Shrags, crabes géants venus de l’espace.

Comme l’indique Greg Pak dans une interview (1) : « Le pitch était de réaliser un « Harry Potter » rencontre « Pacific Rim ». » La description était assez bien vue et le résultat assez plaisant et réussi. Un premier tome tous publics, là encore (mais je ne l’avais pas encore écrit pour les « Reptiles »), qui classe de fait Paperback dans une catégorie de collection plutôt jeunesse donc.

Une collection bien nommée (les paperback désignant les recueils souples de comics aux USA), aux histoires alternatives plutôt séduisantes, que l’on va suivre avec un intérêt certain.

Franck GUIGUE

NB : quatre nouveautés sont annoncées pour le 28 Août : « ApocalyptiGirl » et « Magnus »
et le 26 septembre : « Orc Stain » et « Mechacademy  » T2.

(1) Lire l’interview de Greg Pak sur Gizmodo.com.

 

« Mechacademy T1 » par Takeshi Miyazawa et Greg Pak
Éditions Casterman (14 €) – ISBN : 9782203165458

« Au temps des reptiles » par Ricardo Delgado
Éditions Casterman (16 €) – ISBN : 9782203158467

Galerie

2 réponses à « Mechacademy » et « Au temps des reptiles » : les deux premiers comics du nouveau label Paperback de Casterman…

  1. John-Bob dit :

    En français, le titre Mechacademy ne sonne pas forcément de façon très heureuse. (Prononcez-le à haute voix et vous comprendrez. Oui, j’ai une mentalité puérile)

    • Franck G dit :

      Oui, c’est vrai John-Bob. Même si pour le coup, le pauvre petit Yu est entouré de femmes et se fait un peu bot.. le c… (au moins au départ) ;-)