« Batman Metal » ou comment un comics se retrouve associé au festival de rock « diabolique » Hellfest !

Le personnage de Batman vit depuis 2011 sous la responsabilité scénaristique de Scott Snyder. Cet auteur américain, reconnu pour ses univers fantastiques teintés d’horreur (« American Vampire », « Swamp Thing », « Severed », « Wytches »…), a apporté un souffle bien spécifique à la série. Dans son premier arc, intitulé « La Cour des hiboux », Snyder a fait de Batman un être encore plus isolé et sombre que par le passé, le confrontant à des épreuves et des situations assez glauques et violentes, apportant au passage de nouveaux éléments à la mythologie. (1) « Metal » ( « Dark Knights Metal » aux USA) va encore plus loin et explose le Multiverse DC, en faisant ressurgir du lointain passé une malédiction à laquelle Bruce Wayne est intimement lié.

Les épisodes très originaux de Scott Snyder, mettant en scène la secte aux ergots, vivant sous Gotham depuis des siècles, pourront sans doute rappeler aux amateurs la série « zombiesque » : « Batman The Cult », réalisée en 1989 par Berni Wrightson et Jim Starlin. Et ce ne seront pas les seuls moments. Mais bien que « Batman Metal », mettant en scène pratiquement toute l’écurie des super-héros DC, renvoie pour sa part les lecteurs aux temps contrariés du Multiverse, lorsque Marv Wolfman et George Pérez, en 1985, redéfinissaient l’univers DC avec « Crisis on Infinite Earth », Scott Snyder nous offre aussi avec ce nouvel arc un récit très gothique, dense, angoissant, mixant passé ancien et présent. Les protagonistes se trouvent dans une situation plus que critique, les obligeant à combattre ensemble pour sauver le chevalier noir et parer à une menace démoniaque rarement vue. Car Batman, en réunissant un à un les quatre métaux spéciaux découverts au cours de ses précédentes enquêtes (L’Electrum, le Dionesium, le Prometheum et le Metal N) va ouvrir un passage vers un Anti-Multiverse : des réalités parallèles dans lesquelles de multiples versions de Bruce Wayne vont recourir aux solutions les plus extrêmes pour sauver ce qui peut l’être. Mais à vouloir tout sauvegarder, on peut tout perdre, et c’est d’abord par des mutations en des versions cauchemardesque du Chevalier Noir que notre héros va devoir passer, créant un danger et une ambiguïté totale auprès de ses collègues de la ligue.

Le talent graphique de Greg Capullo, responsable de la série principale, est associé aux autres grands artistes Andy Kubert, Jim Lee ou John Romita, réalisant deux introductions pêchues. L’ensemble détonne et scotche le regard, forçant à rester attentif à toutes les cases du récit. Sans compter les encrages très réussi de Klaus Janson, Scott Williams, ou Jonathan Clapion, entre autres, et des colorisations toutes aussi magnifiques. Sont ajouté des épisodes de complément, intitulé « Gotham Resistance », dessinés par Juan Ferreyra (2) dans un style plus fantastique. Bref, une pléiade d’artistes pour une pléiade de personnages, plongés dans un récit époustouflant réellement passionnant, même si un peu complexe pour le néophyte, justifiant son statut événementiel.

À noter : Comme le dessinateur Greg Capullo a plus d’un tour dans don sac, et qu’il est un amateur de musique Métal, entre autre du groupe californien Black Label Society (il y a pas mal de référence musicales dans l’ensemble de la série), Urban comics profite de la tenue du treizième festival Hellfest, consacré au genre metal dans l’hexagone, pour y associer la parution du premier tome. Communication au diapason (dont des graphismes bien choisis), et fête démoniaque au programme (3)  De quoi avoir la banane (Métallique) ;-)  !

Franck GUIGUE

(1) Scott Snyder est ceci-dit influencé et rend hommage volontiers à son prédécesseur Grant Morrison, en se servant du concept de l’anti Multiverse, dévoilé dans l’épisode « Multiversity » de 2014. C’est en effet en retournant le dos de la carte du Multivers DC, apparue pour la première fois dans ce récit de Grant Morrison (à paraître en novembre prochain dans l’intégrale tome 4 d’Urban : « Grant Morrison présente Batman » ), que l’on découvre l’existence de l’Anti-Multivers !

(2) Tie-in « Gotham Resistance » scénarisé par Ben Percy et Josh Williamson et dessiné par Juan Ferreyra, comprenant : Teen Titans #12, Nightwing #29, Suicide Squad # 26 & Green Arrow #32)

(3) La série est prévue en France en trois gros volumes, programmés en mai, juillet et novembre 2018. Pour fêter l’événement, Urban comics donne rendez-vous aux lecteurs sur son stand, au Hellfest, les 22, 23 et 24 juin à Clisson pour trois jours de pure folie, entre concerts metal et comics !

 

« Batman Metal » par Scott Snyder et divers
Éditions Urban Comics (19 €) – ISBN : 9791026813781

Galerie

8 réponses à « Batman Metal » ou comment un comics se retrouve associé au festival de rock « diabolique » Hellfest !

  1. Thark B. dit :

    Personnellement, c’est par « The Wake » que j’ai découvert le talent de Scott Snyder (et de Sean Murphy, une magistrale baffe graphique !). Rien à voir, donc, avec son travail sur Batman, que je ne connais que partiellement, hélas : du côté des Super-héros, ça y est, je suis complètement largué, égaré quelque part dans le labyrinthe des extensions narratives à n’en plus finir (que ce soit chez DC ou Marvel) , type « Ultimate », « Extended Universe », « Multiverse », « cinematic extended universe » (!!!), etc…
    Mais comme j’apprécié énormément l’impressionnant graphisme de Greg Capullo, euh… Y’a-t-il un moyen… euh… « simple » (!!! haha, si vous en êtes cap’, Franck, reconnaissance et admiration éternelle ^^) et peu onéreux d’aborder directement cet alléchant « Metal » et d’y comprendre quelque chose quand on est dans mon cas ?!…

  2. Thark B. dit :

    ps : j’ai fouillé le site officiel du Hellfest 2018 (pas bien loin de chez moi ;) ) sans y dénicher la moindre allusion à un stand Urban Comics… Quid ?!?…

  3. Franck G dit :

    Ah oui, « The wake », très bien aussi, même si on aurait aimé une suite. Pour l’aspect compliqué des univers de super-héros, je ne dirai pas le contraire. mais c’est aussi ce qui fait un peu leur intérêt aujourd’hui. Même si l’on a tout de même un peu l’impression que ça tourne en rond souvent. « Metal », pour sa part, arrive à trouver un pitch sympa ceci dit. Euh, sinon, Thark, je ne comprends pas trop la demande par rapport à la lecture « simple » de « Metal ». A quoi faites-vous allusion ?
    Ps : je suis sur Facebook si vous souhaitez communiquer plus avant en mode privé. Cordialement.

  4. Thark B. dit :

    Bah, c’était juste une façon alambiquée de demander si on peut lire ce Batman / »Metal » sans avoir lu l’intégralité des « arcs narratifs » précédents et y piger quelque chose malgré tout… ;)
    (réponse au PS : pas de présence sur FB pour moi, ce qui d’un côté aide le ‘dessineux’ passionné et bavard que je suis à ne pas trop se disperser, mais qui d’un autre côté m’empêche de démarrer ou de poursuivre un certain nombre d’échanges z’et partages probablement passionnants… Gasp !)
    Merci pour la réponse ! :)

    • franckG dit :

      Et bien tout dépend de la façon dont vous suivez l’univers DC…si c’est de très loin et que vous n’avez pas pris le train new 52 en marche depuis quelques années, ça restera un peu hermetique. Mais si vous lisez ça et là quelques titres DC depuis 2011(Flash, Batman, Justice League…) c’est sans soucis. Le scénario est assez bien foutu pour ne pas perdre trop de lecteurs en route quand-même. ;-)

  5. Thark B. dit :

    Ok, bien reçu, cher Franck « great Gigue in the sky » (référence musicale pink floydienne d’une subtilité à tomber par terre ;) ).
    Par contre, qu’en est-il de l’arc narratif dans lequel le Joker et Harley Quinn affrontent un loup, un renard, un ours et un sanglier ?!?…
    euh… (ah non, pardon, ça c’est Sylvain & Sylvette, je confonds toujours). ^^
    Sans rire, merci ; et ne serait-ce que pour l’intensité visuelle et narrative qui se dégage des planches qui illustrent votre chronique, je vais me laisser tenter.
    (Par contre, vous êtes sûr de l’info concernant le stand Urban Comics au Hellfest de Clisson ? Sur le site officiel, aucune trace… Peut-être sur celui d’Urban Comics, alors ?)…