L’Immanquable spécial érotisme : voyage, sexe et BD

Le hors série numéro 18 de L’Immanquable, spécial érotisme, invite au voyage, au sexe et à la BD. En cette période où tout le monde veut faire original en nous parlant de l’univers viril des footeux, on ne va pas se plaindre qu’un magazine souhaite nous offrir d’autres rondeurs bien plus sympathiques.

Sous une couverture (signée Joël Alessandra) qui sent bon le sexe et l’exotisme, un riche sommaire où cohabitent entretiens avec les auteurs et bandes dessinées, nous est offert. Jean-Paul Moulin, rédacteur en chef du magazine dirigé par Frédéric Bosser, multiplie les rencontres avec des dessinateurs qui ne font pas toujours la une de la presse BD spécialisée. Joël Alessandra évoque l’Abyssinie, thème du « Carnet de voyage » qu’il vient de publier aux éditions Paulsen. Dany revient sur l’exposition d’oeuvres coquines sur le thème de la Belle Époque présentée en mars dernier à la galerie Daniel Maghen. Une bonne occasion pour admirer quelques images très chaudes aux antipodes d’« Olivier Rameau ». Bastien Vivès parle de « La Décharge mentale » son nouveau bouquin porno proposé dans l’excellente collection BD-Cul des Requins Marteaux. Frédéric Bosser rencontre l’énigmatique H202, scénariste de « Confessions très coquines », l’ouvrage très chaud dessiné par la chinoise Chola chez Tapages nocturnes. Jef, dessinateur de l’insolite thriller « Corps et Âmes » publié chez Rue de Sèvres, évoque l’exposition de ses travaux érotiques à la galerie Daniel Maghen (sise désormais 36 rue du Louvres, Paris). Enfin, Émilio Van der Zuiden présente « Male Call Club » son nouvel artbook , vibrant hommage aux filles du grand Milton Caniff, édité chez Paquet.

Rayon bandes dessinées, le sommaire est éclectique et riche, bien que les récits offerts soient souvent trop rapidement dessinés aux yeux de l’amateur de BD classiques qui signe ces lignes. « Bwanga », histoire inédite de Joël Alessandra permet d’admirer sa virtuosité graphique à travers de jolies filles dénudées, mais comme c’est souvent le cas chez lui le scénario manque de consistance. Sankha Banerjee, dessinateur originaire de Calcutta, publie « Khajuraho », récit initiatique violent aux couleurs délavées. Arnü West abandonne son « Immanquablecteur » qui s’essouffle pour offrir une autre facette bien plus intéressante de son talent avec « Play ». Voyage insolite en Hongrie aux côtés de l’Argentin Gervasio qui évoque Élisabeth Bàthory, « La Comtesse Rouge ». « Une Belle Ferronnière », un excellent récit sur fond historique signé Eddy Simon et Thomas Balard qui raconte comment le roi François 1er serait mort d’une maladie vénérienne. Le voyage prend fin sur la Lune avec un hommage coquin aux fameux Classics illustrated et à « Tintin » signé Gilles Pascal.

Un sommaire copieux et chaud réservé à un lectorat adulte et averti.

Henri FILIPPINI

L’Immanquable hors série n° 18

100 pages couleurs (7,90 €), en kiosques

Galerie

Une réponse à L’Immanquable spécial érotisme : voyage, sexe et BD

  1. Henri Khanan dit :

    eheh, j’aime beaucoup votre introduction qui laisse deviner que vous préfèrez la bonne lecture au visionnage de matchs de foot!