« Brindille T1 : Les Chasseurs d’ombres » par Federico Bertolucci et Frédéric Brrémaud

Amnésique et nue, une jeune femme se réveille dans un mystérieux monde onirique dont elle ne saisit pas les règles. Commence pour elle un périlleux chemin initiatique, entourée d’une faune parfois bienveillante mais souvent menaçante. Une fable surprenante, ambitieuse, aux atmosphères travaillées par le génial dessinateur transalpin Federico Bertolucci.

En pleine nuit, une chouette se pose sur un mur avec sa proie – un mulot-, pour la dévorer. Elle tourne la tête et découvre les premières flammes d’un incendie. Elle s’envole juste avant qu’une mince jeune femme, nue, n’escalade le mur et s’enfuit de l’autre côté pour échapper au feu qui se déploie hors de l’enceinte. Dans sa folle course, elle trébuche sur une ronce avant de s’engouffrer dans une brèche, tunnel obscur entre deux troncs d’arbres.

Brindille T1 page 3

Le rapace

Elle se réveille totalement amnésique dans un hamac, entourée de petits lutins verts bienveillants. Elle ne se souvient que d’un mur et de flammes or il n’y a pas eu d’incendie dans la forêt. Des traces de brulures confirment cependant ses dires. La jolie et bien élevée Brindille est accueillie avec joie dans la petite communauté et très vite vêtue d’une tenue végétale. Elle ne se satisfait pas d’une vie pastorale et veut partir à la recherche de son passé. Mais pour s’aventurer dans une forêt peuplée de prédateurs, il faut être un chasseur et les paillettes scintillantes qui brillent parfois au-dessus de la tête de Brindille la ferait repérer très vite.

Brindille T1 page 5

La quête de son identité est trop forte. Brindille a pris de l’assurance en quelques jours. Elle quitte ainsi subrepticement le petit village protecteur pour savoir d’où elle vient.

Impossible de raconter ce qui va lui arriver par la suite car si la bande dessinée commence calmement, l’intrigue s’accélère très vite dès que l’héroïne s’aventure seule en forêt.

Sa route croisera ainsi un grand cerf blanc qui semble la reconnaitre, une sorcière qui voit en elle un monstre qui va attirer les chasseurs d’ombres, un loup bavard et protecteur, un géant qui fond des armes dans le cratère d’un volcan et des armées de monstres en armure qui la pourchasseront.

Le lecteur impatient et curieux devra attendre la lecture du second tome du diptyque pour connaitre tous les secrets de la candide Brindille.

Quelle jolie claque on reçoit à la lecture du premier volume de ce diptyque annoncé. Les créateurs de la série « Love » nous offrent un univers riche, intrigant, autour de la quête d’une héroïne amnésique qui s’affirme tout au long d’épreuves qu’elle doit surmonter. Frédéric Brrémaud construit son récit crescendo. Il démarre doucement, le temps d’installer l’intrigue et le contexte puis tout s’accélère quand Brindille se retrouve seule ; plus de rencontres, des paysages qui tendent vers l’étrange, une mise en danger de plus en plus frontale.

Brindille T1 page 54

L'écureuil

Sur un scénario riche et puissant, Federico Bertolucci laisse libre cours à son talent de paysagiste. Il excelle tout autant dans les clair-obscur des frondaisons qui s’étalent parfois dans de grandes pages muettes que dans des séquences dynamiques avec un art consommé de la perspective. Notons, enfin, la richesse d’une faune et d’une flore réinventées avec une mention spéciale pour un loup courageux et empathique. Un cahier de croquis conséquent en fin d’ouvrage permet de se plonger dans les belles recherches graphiques du maître toscan.

Patientons jusqu’au tout début de 2019 pour comprendre tous les mystères du monde de Brindille à la lecture d’un tome 2 très attendu.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Brindille T1 : Les Chasseurs d’ombres » par Federico Bertolucci et Frédéric Brrémaud

Éditions Vents d’Ouest (17,50 €) – ISBN : 978-2-7493-0843-2

Galerie

Les commentaires sont fermés.