Snorgleux comics sort les crocs avec « InSexts » et « Black Eyed Kids »…

Déjà chroniqué à l’occasion des deux premières parutions inédites : « Monster » et « Animosity », le nouvel éditeur Snorgleux comics, issu de la boutique marseillaise homonyme « L’Antre du Snorgleux », continue son défrichage de comics alternatifs, la plupart issus du label américain Aftershock. Parmi ses dernières parutions, un récit fantastique et un peu sanglant, teinté de pas mal d’érotisme, écrit par l’autrice d’« Animosity », Marguerite Bennett, et magnifiquement illustré par la non moins talentueuse Ariela Kristantina.

Lady Bertram et Mariah, sa gouvernante et servante très attachée, sont deux superbes jeunes femmes consommant une relation sensuelle assez poussée au sein du château de la première. La lady ne peut, en effet, pas enfanter et son mari volage l’a rejetée depuis longtemps. Mais ce qui unit ces deux créatures c’est avant tout une sorte d’envoutement, car Mariah est apparemment issue d’une race extraterrestre, aux propriétés insectoïdes. Le mari, une fois éliminé, et un enfant ayant été conçu de manière peu naturelle entre les deux femmes, la transformation de Lady va s’accentuer et ses nouveaux pouvoirs vont être mis à rude épreuve par d’autres créatures fantastiques arpentant les rues de Londres.

Si vous avez aimé la série TV « Penny Dreadfull », mais aussi le comics « Orgueil et préjugés et zombies » (Tony Lee et Cliif Richard, d’après Jane Austen, Casterman 2011) vous ne manquerez pas « InSexts », qui reprend des éléments de ce Londres du début XIXe siècle, empreint de sorcelleries et de créatures étranges. Marguerite Bennett dévoile ici un récit fantastique assez ambitieux, où le dessin du style Art nouveau de sa collègue Ariela (un peu dans le style de Bilquis Evely) apporte plus de la moitié de l’intérêt. Cependant, le discours féministe très engagé de l’autrice appuie un scénario peu commun, teinté d’un érotisme plutôt hot, assez révélateur de ce point de vue. Je poserai cependant deux bémols à l’album : des dialogues parfois un peu enfantin dans la description de cette thématique et, concernant le dessin, des bords de pages à moitié visibles, sensés servir de fond, mais créant un malaise de lecture, comme si la page avait été massicotée. Un très bel album ceci-dit.

On notera aussi la publication de « Black Eyed Kids », un nouveau thriller fantastique bien flippant. Dans ce premier tome mettant en scène l’avènement d’enfants aux « yeux noirs » – en fait des globes oculaires vides -, venus certainement d’un autre monde et souhaitant la fin de la race humaine, les auteurs Joe Pruett (scénario) et Szymon Kudranski (dessin) délivrent une histoire angoissante plutôt réussie.

Le ton est sérieux, le dessin réaliste de qualité. Et si on a l’impression d’avoir déjà un peu vu ce genre de récit quelque part, (le film « Les Démons du maïs » (1984), ou plus récemment le thriller BD SF français « Exo » (Jerry Frissen et Philippe Scoffoni aux Humanoïdes associés, 2016-2017), par exemples, il n’en demeure pas moins qu’un certain charme émane de cette œuvre. A suivre donc, d’autant plus que ces albums sont proposés à un prix plus qu’abordable.

Franck GUIGUE

 

« Insexts T1 : Chrysalide » par Ariela Kristantina et Marguerite Bennett
Éditions Snorgleux comics (16,16 €) – ISBN 978-1935002970

 « B.E.K » T1 par Szymon Kudranski et Joe Pruett
Éditions Sonrgleux comics (16,50 €) – ISBN 978-2360140633

Galerie

Les commentaires sont fermés.