Moïse Kissous président…

Après Jacques Glénat, Louis Delas et Guy Delcourt, en fonction depuis 2015, c’est au tour de Moïse Kissous de prendre la présidence, à l’unanimité, du groupe des éditeurs de bandes dessinées au sein du Syndicat national de l’édition (SNE).

Moïse Kisous est le PDG du groupe Steinkis, qu’il possède (à 50% avec Casterman à l’origine, puis en totalité depuis 2013) et qui réunit plusieurs maisons d’éditions jusqu’alors indépendantes : Jungle !, Steinkis, Warum/Wroum et Splash.

Âgé de 47 ans, il a travaillé neuf ans au sein du groupe Publicis avant de créer les éditions Jungle ! en 2003. Dopé par le succès des « Simpson », Jungle ! s’est très vite fait une spécialité dans l’humour avant de proposer des séries jeunesse (« Énola Holmes », « Brigade des cauchemars ») et des adaptations se séries TV (« Scènes de ménages »).  Il est à l’origine de l’opération « 48 heures BD », qui réunit chaque année une douzaine d’éditeurs.

Guy Delcourt

Au cours de son mandat, Guy Delcourt s’est efforcé de renforcer le lien entre le salon d’Angoulême et les éditeurs, a encouragé la création de la French Comics Association, réalisé une étude afin de mieux connaître les lecteurs de BD, organisé des rencontres dans les régions…

L’objectif du groupe des éditeurs de BD au sein du SNE est de promouvoir le genre, participer à l’organisation des grands festivals internationaux, soutenir les échanges avec les États-Unis, promouvoir la bande dessinée franco-belge, défendre le prix unique du livre… Le Syndicat national de l’édition est présidé par Vincent Montagne et Pierre Dutilleul.

Bonne chance à Moïse Kisous qui souhaite pérenniser les chantiers lancés par son prédécesseur tout en dynamisant le média au sein des librairies et des institutions culturelles.

Henri FILIPPINI

 

Galerie

Une réponse à Moïse Kissous président…

  1. PATYDOC dit :

    Il serait temps que les éditeurs français se mettent en ordre de marche pour développer l’export. Quel triste management, depuis tant d’années, avec trop peu de réussites à l’export, et quasiment rien sur la grande export : USA, Japon, Chine…Tellement révélateur de la mentalité française?