« Liaisons dangereuses, préliminaires T1 : L’Espoir & la Vanité » par Djief et Stéphane Betbeder

Stéphane Betbeder et Djief imaginent avec finesse la jeunesse des deux protagonistes manipulateurs des « Liaisons dangereuses » : le roman majeur et sulfureux écrit en 1782 par Pierre Choderlos de Laclos (1841-1803). Ce premier volet est consacré au vicomte de Valmont.

Dernier né d’une famille comptant déjà trois filles et deux garçons, Sébastien de Valmont est un enfant chétif souffrant d’épilepsie, moqué par son père et couvé par sa mère. Retiré dans la campagne de Malmaison avec cette dernière et ses sœurs, le jeune garçon fugue régulièrement, tout en entrevoyant un avenir sombre. Jusqu’au jour où la belle comtesse de Senanges, veuve et maîtresse de son père, arrive à Malmaison afin de négocier le mariage de son fils avec Françoise-Marguerite, la sœur aînée de Sébastien. Un soir d’orage, alors qu’il fugue une fois encore, l’innocent Sébastien devient l’amant et le protégé de la jolie veuve.

Intelligent et ambitieux sous ses airs souffreteux, le jeune homme apprend vite et devient plus qu’un simple protégé, découvrant auprès de la veuve les codes d’un monde cruel dont il ignorait tout. Devenu l’amant d’Adélaïde, la jeune nièce vierge de la comtesse de Senanges, il apprend à ses dépens ce qu’est l’amour vrai. De ces épreuves naît le célèbre personnage du vicomte de Valmont. L’enfant craintif et solitaire est devenu un séducteur impitoyable.

Prêtant sa plume à Sébastien de Valmont, Stéphane Betbeder écrit un scénario plein de finesse et d’intelligence, peuplé de personnages fascinants, droits sortis de l’œuvre originale. En en respectant scrupuleusement la cohérence, le scénariste entraîne le lecteur au cœur de la riche bourgeoisie du XVIIIe siècle, tout en dévoilant la jeunesse de ses protagonistes. L’écriture est enlevée, caustique, riche en clins d’œil envers l’œuvre originale. Djief, pseudonyme du dessinateur canadien Jean-François Bergeron (« Tokyo Ghost », « Le Crépuscule des dieux », « Une rue en Amérique : Broadway »), d’un trait léger et vivant inspiré par Yslaire, propose des pages pleines de lumières aux décors riches, sublimées par les couleurs sensuelles d’Isabelle Merlet.

Curieusement, si je ne me trompe pas, l’œuvre d’origine n’a pas inspiré les auteurs de bande dessinée, si ce n’est un manga (« Vicomte de Valmont ») traduit par Soleil à partir de 2013. Un premier album prometteur qui appelle bien vite le suivant.

Henri FILIPPINI

« Liaisons dangereuses, préliminaires T1 : L’Espoir & la Vanité » par Djief et Stéphane Betbeder

Éditions Glénat (14,50 €) — ISBN : 9 782344 018248

Galerie

Les commentaires sont fermés.