Philippe Diemunsch : disparition d’un auteur jeunesse…

C’est par un message publié dans le n° 225 de J’aime lire Max (septembre 2017, 6,50 €, en kiosques) que nous avons appris le décès du dessinateur jeunesse Philippe Diemunsch survenu le 15 mai dernier.

Philippe Diemunsch.

« Chers lecteurs, nous sommes très tristes de partager avec vous une mauvaise nouvelle : Philippe Diemunsch, le papa dessinateur de Gibus, n’est plus, son cœur s’est brusquement arrêté. C’est une grande peine, car Philippe accompagnait de ses dessins tendres et drôles J’aime lire et J’aime lire Max ! depuis de nombreuses années. Avec Olivier Lhote, le papa scénariste, nous travaillons à ce que Gibus renaisse sous un autre coup de crayon, avec un nouveau dessinateur… Patience donc, Gibus reviendra dans nos pages. »

Les dessinateurs de la presse des jeunes ne connaissent pas la notoriété des auteurs de la bande dessinée classique et c’est regrettable. Des centaines de milliers de jeunes lecteurs appréciaient le travail de Philippe Diemunsch.

C’est pourquoi nous tenons à vous apprendre, même avec retard, la disparition de ce dessinateur, né en 1953 à Paris et décédé à Louveciennes dans les Yvelines où il résidait depuis de nombreuses années.

Philippe Diemunsch.

Ses travaux ont été publiés dans les magazines des éditions Milan et surtout, Bayard presse, où il a collaboré à Astrapi, Images Doc, Okapi… et, surtout, J’aime lire et J’aime lire Max ! pendant plusieurs décennies.

Il y a illustré de nombreux romans, des articles, des jeux et quelques courtes bandes dessinées.

                  C’est sur le tard, dans le n° 205 de J’aime lire Max ! (janvier 2016), succédant à « Zélie et cie » de Corbeyran et David De Thuin, qu’il a créé « Gibus » avec le scénariste Olivier Lhote.

Jeune garçon à l’imagination débordante vivant au Moyen Âge, Gibus (au grand désespoir de ses parents) rêve de créer un orchestre avec ses amis Tranchelar, Malbroute et Sicorde.

Proposée sous forme de récits complets de dix pages, cette série ne manque ni d’humour ni d’originalité. Vous pourrez prochainement la découvrir sous forme d’albums dans la collection BD Kids.

« Gibus ».

Philippe Diemunsch a également illustré des romans pour la jeunesse aux éditions Milan et Bayard, mais aussi Nathan, Flammarion, Lito…

En 2013, il avait participé à l’élaboration des visuels de la campagne de communication de la chaîne Gully.

Henri FILIPPINI

Galerie

Une réponse à Philippe Diemunsch : disparition d’un auteur jeunesse…

  1. Fred Blanchard dit :

    J’en profite pour signaler que Philippe Diemunsch a aussi été prof pour les classes préparatoires de l’ESAG Penninghen en 1984-1985… Je crois qu’il n’était resté qu’une année ou deux… Je m’en souviens encore très bien car je le trouvais très très drôle mais aussi terrifiant en ce sens qu’il pouvait être cruel dans ses appréciations… (en gros on rigolait beaucoup quand il corrigeait à la corde les travaux des autres mais on tremblait quand venait notre tour, il faut dire qu’on était tous très jeunes et très impressionnables)
    Je garde en tout cas un très bon souvenir de lui et je me suis longtemps demandé ce qu’il était devenu…
    Triste nouvelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>