Tapis rouge pour « Zombillénium » : le film !

Créée en 2009 dans le n° 3698 de l’hebdomadaire Spirou, la série « Zombillénium » d’Arthur de Pins, adaptée sur grand écran, s’apprête à envahir les salles obscures : ça sera le 18 octobre prochain, en pleine festivité d’Halloween, après avoir été présenté aux festivals de Cannes et d’Annecy.

Réalisé en 3D, ce dessin animé de 72 minutes fera, par ailleurs, l’objet d’une projection spéciale pour les enfants le 24 mai prochain : durant le Festival de Cannes où il sera présenté en avant-première mondiale et figurera dans la sélection officielle. En juin, il sera présenté en ouverture et en compétition au Festival du cinéma d’animation d’Annecy.

Réalisé par Arthur de Pins et Alex Ducord (qui a participé à « Avril et le monde truqué »), produit par Maybe Movies (la société d’Henri Magalon) et Belvision en coproduction avec Dupuis Audiovisuel, Gebeka Films, France 3 Cinéma, 2 minutes, Pipangaï et Gao Shan, ce film a demandé quatre années de travail, occupé une équipe de cent personnes, qui ont travaillé au rythme de dix secondes de film par semaine et par animateur. Arthur de Pins en a relaté la lente gestation dans la rubrique « Making-of » proposée par Spirou (aux n° 4017, 4028, 4036, 4055, 4070, 4094 et 4118). Notons que la musique est signée par le groupe français (aujourd’hui dissout) Skip the Use et que les voix principales sont assurées par Emmanuel Curtil, Gilbert Levy (« Les Simpson »)… et le chanteur du groupe précité Mat Bastard.

Zombillénium est un parc d’attractions situé quelque part dans les brumes du nord du pays, dirigé par le vampire Francis von Bloodt, assisté par la sensuelle Gretchen Webb : sorcière stagiaire. Loups-garous, momies, zombies et démons en tous genres peuplent cet enfer sur terre, lorsqu’arrive Hector (dont la silhouette évoque Robert Pattinson), contrôleur de normes, au début hostile, puis peu à peu conquis par les curieux pensionnaires de cet étonnant établissement.

Les lecteurs des trois albums publiés par Dupuis en 2010, 2011 et 2013 (Prix jeunes Fauves à Angoulême) seront surpris par l’absence d’Aurélien, dont la présence humaine nourrissait le scénario, sacrifié pour les besoins de l’animation. Qu’ils se rassurent, Aurélien sera de retour dans le prochain album que prépare Arthur de Pins. Le film, loufoque, drôle et aux références malignes, devrait enchanter un large public familial.

Né le 22 septembre 1977 en Bretagne, Arthur de Pins débute dans l’animation, l’illustration et la publicité (pour Fnac ou Nutella notamment).

Il aborde la bande dessinée au début des années 2000, en proposant un strip coquin dans le mensuel Max. C’est dans les pages de Fluide glacial, à partir de 2006, qu’il prend son envol avec la création des « Péchés mignons » (quatre albums), série coquine aux personnages sympathiques qui remet au goût du jour la BD glamour.

Considérant en avoir fait le tour, il crée « Zombillénium » en 2009 dans Spirou. L’animation demeure son domaine privilégié avec « Géraldine », « L’Eau de Rose », « La Révolution des crabes » (version BD en trois albums publiés chez Soleil).

Henri FILIPPINI

Galerie

Les commentaires sont fermés.