La disparition d’ Andrea Corno

Andrea Corno était l’un des éditeurs italiens avec Giovanni Gandini(Linus) le plus en pointe dans les années soixante dans le domaine de l’édition BD. Il publia quelques mois après la sortie de Linus,le mensuel Eureka dont la rédaction était assurée par Luciano Secchi et par la suite par Maria Grazia Perini du 1° novembe 1967 à août 1984. Suivent Eureka Supplemnti, Eureka Pocket, Eureka Star, Eureka Selezione, Eureka Strip, Eureka Avventuta classic, Eureka Sole, Eureka Gaphic Novel

EUREKA


Italie


Editoriale Corno


Mensuel


(1967)


Revue née dans le sillage du succès de Linus, conçue et dirigée durant des années pour l’éditeur Andrea Corno, par le dynamique Luciano Secchi, auteur de scénarios renommés, mieux connu sous le pseudonyme de Max Bunker, le mensuel Eureka présente des comics anglais et américains : Andy Capp de Reg Smythe, Tommy Wack, Colt, Alley Oop de V.T. Hamlin, Bringing Up Father de McManus, les savoureuses histoires de Don Martin, Pogo de Walt Kelly, B.C. de Johnny Hart, Las Metamofosis de Nuria Pompeia, Feiffer, Miss Peach de Mel Lazarus, Sniff de George Pett, Tom Ficanaso de Benito Jacovitti, Romeo Brown de Jim Holdaway, The Wizard of Id de Hart et Parker et la saga du Spirit de Will Eisner, ainsi que des articles sur l’historique de la bande dessinée. Au début, deux autres titres accompagnent la revue, Tommy et Smack, la première, un mélange de B.D. humoristique et d’aventure, la deuxième presque entièrement consacrée à l’aventure. Elles ont toutes deux le mérite de présenter des personnages et des auteurs presque inconnus en Italie. Dans Eureka, où il y a surtout des bandes dessinées comiques, l’éditeur publie aussi des suppléments, monographies trimestrielles dédiées au genre policier, western ou sentimental, avec de longues histoires : Giudice Morris, Secret Agent X-9, Kerry Drake, Garth, James Bond et autres. C’est dans Eureka que débuta le grotesque Max Magnus de Bunker et Raviola. En 1967, Andrea Corno lance la version française d’Eureka sous le titre de Pogo, dirigée par Claude Moliterni. Après onze numéros, le deuxième mensuel de bandes dessinées, publié en France, s’arrête.


Claude Moliterni

Galerie

Les commentaires sont fermés.